Un conseiller régional d'Ile-de-France, proche de Benoît Hamon pendant la campagne présidentielle, en garde à vue pour viol

L'homme pourrait être présenté à un juge d'instruction dès vendredi. 

Une session du conseil régional d\'Ile-de-France, le 21 janvier 2016, à Paris.
Une session du conseil régional d'Ile-de-France, le 21 janvier 2016, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Les femmes qui ont porté plainte ont toute participé "de près ou de loin" à la campagne de Benoît Hamon. Le conseiller régional d'Ile-de-France Gilbert Cuzou, ex-proche du candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2017, est en garde à vue depuis mardi soir, a appris franceinfo jeudi 25 janvier, confirmant une information de Libération. Il est visé par cinq plaintes, dont une pour viol.

Des confrontations doivent avoir lieu dans la journée et il pourrait être présenté à un juge d'instruction vendredi. Son avocat, Philippe Ohayon, assure que Gilbert Cuzou avait demandé à plusieurs reprises à être auditionné, animé par "une volonté vitale et existentielle de s'expliquer et de se défendre".

De premières plaintes en octobre

Deux premières plaintes pour agression et harcèlement sexuels avaient été déposées en octobre, provoquant l'exclusion de ce jeune conseiller régional d'Ile-de-France de son groupe politique au conseil régional, "Alternative écologiste et sociale" (AES). Une enquête préliminaire avait également été ouverte par le parquet de Paris.

Selon Libération, les plaignantes "se sont tues pendant la campagne : trop d’enjeux, trop de risques". Mais une fois le nouveau mouvement de Benoît Hamon lancé, "elles se sont dit qu’elles voulaient empêcher un harceleur de monter au sein d’un mouvement neuf", selon un membre de la direction cité par le quotidien. "En interne, dès que les deux plaintes sont déposées, Hamon vire Cuzou, avec l’approbation de la coordination politique du parti", a détaillé le journal.