Remaniement : le coronavirus reste la "priorité numéro un", promet le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran

Le député LREM a succédé à Agnès Buzyn, qui devient candidate du parti présidentiel à la mairie de Paris, après le retrait de Benjamin Griveaux. 

La passation de pouvoir entre Agnès Buzyn et Olivier Véran, au ministère de la Santé, lundi 17 février 2020. 
La passation de pouvoir entre Agnès Buzyn et Olivier Véran, au ministère de la Santé, lundi 17 février 2020.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Il remplace Agnès Buzyn au pied levé. Le député La République en marche et rapporteur général de la commission des Affaires sociales, Olivier Véran, a été nommé ministre des Solidarités et de la Santé en remplacement d'Agnès Buzyn, lancée dans la course à la mairie de Paris après le retrait de la candidature de Benjamin Grivaux. La passation de pouvoir a eu lieu lundi 17 février en milieu de matinée. 

Médecin de formation, Agnès Buzyn, 58 ans, était l'une des pièces maîtresses du gouvernement, où elle a dû gérer ces derniers mois de lourds dossiers comme la crise hospitalière, la réforme des retraites, dont l'examen commence lundi à l'Assemblée nationale, ou l'épidémie du coronavirus Covid-19. La gestion de cette épidémie reste la "priorité numéro un" du ministère de la Santé, a assuré Olivier Véran lundi. 

Une consultation nationale. A l'occasion de sa première prise de parole lors de la passation de pouvoir, le nouveau ministre a évoqué la crise à l'hôpital. "Je lancerai une enquête nationale pour consulter les hospitaliers, pour tenter de saisir le sens de leur engagement et les raisons du mal-être", a-t-il annoncé. 

"Je connais les dossier". "Je connais les dossiers qui me sont confiés", a assuré Olivier Véran, interviewé dimanche soir par France Bleu Isère. "Agnès Buzyn a mis la barre très haut, j'espère me montrer digne de l'honneur qui m'est fait en me proposant de lui succéder", a-t-il indiqué. 

Les médecins urgentistes inquiets. Le porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) dénonce l'urgence de la crise que traverse l'hôpital public et s'inquiète de la nomination d'Olivier Véran qui pourrait repousser le dialogue. "Pour nous, mettre comme ministre celui qui avait été à la manœuvre pour faire voter la loi de finances, qui motive aujourd'hui le mouvement à l'hôpital, ça frise la provocation", a-t-il déclaré à franceinfo. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #REMANIEMENT

18h26 : Agnès Buzyn a finalement remplacé Benjamin Griveaux, qui a dû retirer sa candidature en raison de la parution de vidéos à caractère sexuel lui étant attribuées. Auparavant, l'ancienne ministre des Solidarités et de la Santé a souvent évoqué son intérêt pour ces élections, tout en refusant d'être candidate.

18h11 : Rappelons les principales informations de ce lundi :

L'examen du projet de loi ordinaire sur la réforme des retraites a débuté à l'Assemblée. L'opposition entend le torpiller par une nuée d'amendements. Une motion demandant un référendum, déposée par les communistes, vient d'être rejetée.


Piotr Pavlenski et sa compagne, Alexandra de Taddeo, ont été déférés au parquet à l'issue de leur garde à vue, et une information judiciaire sera ouverte demain. Le bâtonnier de Paris, qui a rencontré Juan Branco, a annoncé l'ouverture d'une "enquête déontologique" pour savoir si l'avocat pourra défendre l'artiste et activiste russe.


Agnès Buzyn a officiellement quitté le ministère de la Santé pour viser la mairie de Paris. Ce matin, elle a échangé par téléphone avec Cédric Villani, qui a posé des conditions à un éventuel ralliement, affirme son entourage à franceinfo.

Olivier Véran remplace Agnès Buzyn au ministère de la Santé. Il a promis de lancer "dans les prochains jours" une enquête nationale sur le mal-être du personnel hospitalier. Voici cinq choses à savoir sur lui.

14h16 : "Les paroles sont belles. Les actes permettront de dire ce qu'il en est."

Invité de franceinfo, le fondateur du collectif Inter-hôpitaux, qui alerte sur les difficultés du milieu, se montre réservé au sujet du nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, et de ses promesses. Il espère que son profil d'homme politique de carrière, bien qu'également médecin, lui donnera un poids supérieur dans les arbitrages : "Agnès Buzyn a une bonne image dans la population. Mais elle avait très peu de poids politique. Elle appliquait ce que disait Bercy et l'hôpital en est la victime."

18h07 : Il est 14 heures, rappelons les principales infos du jour :

Agnès Buzyn a officiellement quitté le ministère de la Santé pour viser la mairie de Paris. Ce matin, elle a échangé par téléphone avec Cédric Villani, qui a posé des conditions à un éventuel ralliement, affirme son entourage à franceinfo.

Olivier Véran remplace Agnès Buzyn au ministère de la Santé. Il a promis de lancer "dans les prochains jours" une enquête nationale sur le mal-être du personnel hospitalier. Voici cinq choses à savoir sur lui.

Piotr Pavlenski et sa compagne, Alexandra de Taddeo, sont toujours en garde à vue. Le bâtonnier de Paris a annoncé l'ouverture d'une "enquête déontologique" à la demande de Juan Branco, qui affirme que le parquet a refusé sa désignation comme avocat de l'artiste et activiste russe.

La bataille autour de la réforme des retraites entre dans le vif du sujt à l'Assemblée : à partir de 16 heures, la majorité va défendre dans l'hémicycle un projet que l'opposition dénonce comme "injuste" et entend torpiller par une nuée d'amendements.

14h01 : La désignation d'Agnès Buzyn comme tête de liste ouvre-t-elle la voie à une convergence entre les listes LREM et celles de Cédric Villani ? Les deux candidats se sont entretenus au téléphone, affirme l'entourage du dissident à franceinfo. Celui-ci a posé comme condition "un accord de second tour avec les Verts" et des concessions au niveau du programme, sur des points comme "l'agrandissement de Paris" et un investissement de "5 milliards d'euros pour le climat".

14h01 : Faux... à 13h40, Buzyn2020.fr renvoie toujours sur le site de Mme Hidalgo

14h01 : En testant maintenant (13:32) buzyn2020.fr renvoie toujours vers le site de campagne d'Anne Hidalgo

14h01 : Vous êtes plusieurs à me signaler que l'adresse buzyn2020.fr renvoie toujours vers le site d'Anne Hidalgo. Chez nous, ça ne fonctionne pas, comme je l'écrivais tout à l'heure, mais peut-être est-ce lié à un trop plein de connexions. Quoi qu'il en soit, on ignore toujours ce qui explique cette redirection étonnante.

14h16 : Des journalistes politiques ont fait une découverte étonnante ce matin : l'adresse buzyn2020.fr renvoyait vers le site de campagne... d'Anne Hidalgo. Jean-Louis Missika, cadre de la campagne de la maire sortante, assure à l'AFP que l'équipe Hidalgo n'est pas responsable. Et actuellement, l'URL ne renvoie plus vers rien.

14h20 : Il est midi. Voici un résumé de l'actualité du jour :

Agnès Buzyn a laissé la main à Olivier Véran ce matin dans un discours plein d'émotion. Mais connaissez-vous bien le nouveau ministre de la Santé ? Voici cinq choses à savoir sur lui.

La bataille autour de la réforme des retraites entre dans le vif du sujet à l'Assemblée : la majorité va défendre dans l'hémicycle un projet que l'opposition dénonce comme "injuste" et entend torpiller par une nuée d'amendements.


Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale est monté lundi à 1 770 morts en Chine continentale, selon des chiffres officiels des autorités chinoises, qui confirment une décrue.


Encore 20 000 foyers sont privés d'électricité ce matin, tous situés en Bretagne, Pays de la Loire et en Normandie en raison de la tempête Dennis, affirme Enedis à franceinfo.

11h16 : Olivier Véran, nommé ministre de la Santé en remplacement d'Agnès Buzyn, a annoncé qu'il lancerait "dans les prochains jours" une enquête nationale auprès du personnel hospitalier pour connaître notamment les raisons du "mal-être" dans ce secteur en grève depuis près d'un an.

10h53 : "Quand on est ministre, on est ministre et on devrait mener à bien les sujets."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a fait part lundi de son incompréhension face à la décision d'Agnès Buzyn de quitter le ministère de la Santé et des Solidarités, jugeant qu'un ministre "devrait mener à bien les sujets" dont il a la charge.

10h40 : C'est l'occasion d'en savoir un peu plus sur le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran. Le député de l'Isère, neurologue de formation, est depuis janvier rapporteur du volet organique de la réforme des retraites. Plus de détails dans notre article.



(ALAIN JOCARD / AFP)

10h37 : "Nous sommes tous aux chevets des malades", lance le nouveau ministre la Santé après avoir évoqué la situation de l'hôpital public.

10h33 : C'est au tour d'Olivier Véran, nouveau ministre de la Santé, de prendre la parole : "Dès à présent, je me mets à la tâche".

14h23 : "Les Parisiens et les Parisiennes ont besoin d'apaisement, de bienveillance", glisse Agnès Buzyn, désormais candidate LREM à la mairie de Paris.

10h34 : "Nous sommes médecins. Nous sommes confrères. Nous partageons la même rigueur, les mêmes convictions. J'ai une confiance absolue dans la façon dont tu vas gérer ce ministère", lance Agnès Buzyn en direction de son successeur, le médecin et député Olivier Véran.

10h22 : "Je tiens à rassurer les Français et leur dire que le dispositif de gestion opérationnelle du coronavirus est solide. Je me suis assuré que tout était en place", précise Agnès Buzyn, après de nombreuses critiques concernant le changement de ministre de la Santé durant cette épidémie.

14h22 : "Depuis le mois de mai 2017, beaucoup a été fait. Mais beaucoup reste encore à faire", indique Agnès Buzyn, nouvelle candidate LREM à la mairie de Paris après le retrait de Benjamin Griveaux.

10h16 : "C'est avec une grande émotion que je quitte ce ministère", lance Angès Buzyn, très émue, lors de sa passation avec Olivier Véran, au minisètre de la Santé.

13h20 : "Pour nous, mettre comme ministre celui qui avait été à la manœuvre pour faire voter la loi de finances, qui motive aujourd'hui le mouvement à l’hôpital, ça frise la provocation."

Le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) dénonce l'urgence de la crise que traverse l'hôpital public et s'inquiète de la nomination d'Olivier Véran, qui pourrait repousser le dialogue.

13h01 : Il est 8 heures. Voici l’actualité de la matinée :

"J'y vais pour gagner" : Agnès Buzyn est choisie par LREM pour reprendre la campagne des municipales à Paris. Le député Olivier Véran la remplace au ministère de la Santé. La passation doit avoir lieu ce matin à 10 heures.

La bataille autour de la réforme des retraites entre dans le vif du sujet à l'Assemblée : la majorité va défendre dans l'hémicycle un projet que l'opposition dénonce comme "injuste" et entend torpiller par une nuée d'amendements.


Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale est monté lundi à 1 770 morts en Chine continentale, selon des chiffres officiels des autorités chinoises, qui confirment une décrue.


Encore 20 000 foyers sont privés d'électricité ce matin, tous situés en Bretagne, Pays de la Loire et en Normandie en raison de la tempête Dennis, affirme Enedis à franceinfo.

12h59 : "Il n’y aura pas de période de chauffe, je connais les dossiers." Olivier Véran, nommé ministre de la Santé pour remplacer Agnès Buzyn, candidate LREM à la mairie de Paris depuis hier soir, s'exprime sur France Bleu Isère. Député La République en marche, Il était rapporteur depuis janvier du volet organique de la réforme des retraites. Ce lundi, alors que le projet de loi arrive dans l'hémicycle, il sera donc sur le banc des ministres.