Barack Obama prête serment et appelle à l'action sur les droits et les libertés

Devant plusieurs centaines de milliers de personnes réunies à Washington, Barack Obama a prêté serment pour un second mandat. Dans son discours solennel de vint minutes, le 44e président des Etats-Unis a appelé à l'action pour renforcer les droits et les libertés. Il a également promis une réaction "face au changement climatique".

(/Kevin Lamarque Reuters)

Dès l'aube, des milliers de partisans de Barack Obama ont
afflué vers le "Mall", la grande esplanade faisant face au Capitole
au centre de Washington. Plusieurs centaines de milliers de personnes se sont
retrouvées. Il y a quatre ans, ils étaient 1,8 million à fêter l'accession d'un
premier président noir à la Maison-Blanche.

Barack
Obama a tout d'abord prêté serment en disant les phrases rituelles : "Moi, Barack
Hussein Obama, je jure solennellement de remplir
fidèlement les fonctions de président des Etats-Unis, et, dans toute la mesure
de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des
Etats-Unis".

"Notre voyage ne sera pas terminé tant que..."

Revoir le discours intégral de Barack Obama (en Anglais)

Le président des Etats-Unis
a ensuite prononcé un discours solennel d'une vingtaine de minutes aux accents progressistes. Barack Obama
a cité la déclaration d'indépendance des Etats-Unis en appelant à "poursuivre
ce que les pionniers avaient entamé".
Il a ainsi réclamé un
renforcement des droits et des libertés.

Ainsi Barack Obama a évoqué l'égalité salariale entre les hommes et les femmes. Le président a aussi appelé à une réforme du système d'immigration et a fait allusion au contrôle des armes. Autre moment fort de son discours, l'appel qu'il a lancé en faveur des droits des homosexuels. Des phrases qu'il a commencées par un : "Notre voyage ne sera pas terminé tant que..."

Excellent sur la forme disent les républicains

Les adversaires républicains de Barack Obama ont salué le discours à l'image de l'ancien candidat John McCain. "Excellent discours, très bonne exécution" , a expliqué le sénateur regrettant toutefois qu'il "n'y a eu que très peu de main tendue à l'autre camp".

L'aile droite du parti a de son côté rapidement fustigé les chantiers annoncés par Barack Obama : "Il va pousser le
pays à gauche, et nous allons faire en sorte de le ramener à droite", explique ainsi Tim Scott, un nouveau sénateur proche des ultra-conservateurs du "tea party".

La bataille pourrait d'ailleurs débuter dès demain mardi. Le Congrès va débattre du relèvement du plafond de la dette. Par ailleurs, les premiers textes sur les ventes d'armes pourraient être déposés.     

La cérémonie au Capitole s'est achevée par l'hymne américain chanté par
Beyoncé. > Revoir l'interprétation de Beyoncé. 

Le buste de Martin Luther King 

Après avoir déjeuné dans l'enceinte du Capitole, Barack Obama s'est brièvement recueilli devant le buste de Martin Luther King, dont la mémoire est honorée lundi aux États-Unis.

Il a ensuite remonté Pennsylvania Avenue vers la Maison-Blanche où il a assisté à l'arrivée de la parade. Petit moment de frayeur pour la sécurité du président. Sur le chemin, Barack Obama et Michelle sont descendus quelques minutes de voiture pour aller saluer la foule.