"Qu'ils puissent profiter de leurs vacances comme n'importe quel jeune" : opération "Collèges ouverts" à Lyon pendant les vacances

Depuis le début de l'été, huit établissements de Lyon et sa banlieue participent à l'opération "Collèges ouverts" et accueillent 200 collégiens chaque jour pour des activités éducatives, sportives et culturelles.

Le collège Henri-Barbusse accueille des collégiens pour leur proposer des activités ludo-éducatives cet été, à Vaulx-en-Velin, le 26 juillet.
Le collège Henri-Barbusse accueille des collégiens pour leur proposer des activités ludo-éducatives cet été, à Vaulx-en-Velin, le 26 juillet. (ALEXANDRE BERTHAUD/ FRANCEINFO)

Jessim, Tamara, Nesrim, Mélissa, ils sont tous assis, écoutent de la musique dans cette salle du collège Henri-Barbusse de Vaulx-en-Velin dans la métropole de Lyon. Cet été, ils sont de retour au collège faute de retour au bled, c'est-à-dire dans leur pays d'origine ou celui de leurs parents. "Des fois, je reste, des fois, je vais en vacances", explique l'un d'eux. Leurs destinations ? "En Tunisie, pour voir la famille", raconte un autre. "Dans mon pays d'origine, en Turquie", reprend une collégienne ou encore "à la rencontre des parents de ma mère qui habitent au Maroc". 

L'été sans vacances c'est long, très long quand on habite Lyon ou sa banlieue. Et lorsqu'on leur demande leurs activités : "Des fois, je joue à la console, des fois, je sors. Je fais plusieurs choses", explique un jeune. "Rien, j'ai surveillé ma petite sœur et je reste à la maison", poursuit une autre collégienne. Pour un autre c'est aussi jouer à la console "mais on ne va pas rester à faire ça toute la journée", reconnaît-il.

Offrir des activités à "un maximum de jeunes"

Depuis le début de l'été dans la métropole l'opération "Collèges ouverts", initiée par la Fédération Léo-Lagrange, permet d'accueillir dans huit établissements de Lyon et sa banlieue 200 collégiens chaque jour pour des activités éducatives, sportives et culturelles. 

"On s'est rendu compte qu'il y aurait beaucoup de jeunes qui ne pourraient pas partir en vacances ou qui ne pourraient pas bénéficier de places dans les centres de loisirs du fait de la distanciation physique etc, explique Matthias Collon, responsable développement de la fédération Léo-Lagrange pour le Centre-Est. C'est de là qu'est né ce projet, explique-t-il, pour pouvoir offrir à un maximum de jeunes, notamment issus des quartiers 'Politique de la Ville', des activités ludo-éducatives et qu'ils puissent profiter de leurs vacances comme n'importe quel jeune de France."

On fait pas mal d'activités qui permettent aux enfants de s'évader un peu de leur milieu habituel.Le directeur adjoint de l'opération au collège Henri-Barbusseà franceinfo

À chaque jour son activité. Le réseau a pu rassembler 25 partenaires pour proposer ces journées gratuites, repas du midi inclus, à plus de 200 jeunes de l'agglomération. "Vu que les activités proposées sont quand même assez physiques et fatigantes, le soir ils n'ont pas envie de sortir faire n'importe quoi, ils dorment bien"."J'ai moi-même des frères de cet âge là donc j'aimerais aussi qu'il leur soit proposé des choses comme ça", précise Walid, le directeur-adjoint de l'opération pour la quinzaine d'élèves au collège Henri-Barbusse.

Dans un contexte d'incivilités urbaines à Lyon et dans sa banlieue, plusieurs maires ont récemment tiré la sonnette d'alarme. Vendredi 24 juillet, plusieurs maires avaient rendez-vous en préfecture pour trouver des solutions collectives à ces problèmes. La fédération Léo-Lagrange aimerait pérenniser cet accord avec la métropole, qui participe à l'effort collectif en tant que propriétaire des collèges. 

Opération "Collèges ouverts" : écoutez le reportage d'Alexandre Berthaud
--'--
--'--