Pompier blessé par balle en Essonne : "Une ligne rouge est franchie", estime la Fédération des sapeurs-pompiers de France

La Fédération des sapeurs-pompiers attend des condamnations "sévères" et "systématiques" après qu'un pompier a été atteint par une balle à Etampes le 14 juillet.

Un casque de pompier posé sur la place de la République à Paris, le 2 décembre 2019.
Un casque de pompier posé sur la place de la République à Paris, le 2 décembre 2019. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

"Une ligne rouge est franchie", a réagi Marc Vermeulen, colonel des pompiers et vice-président de la Fédération des sapeurs-pompiers de France, alors que plusieurs pompiers ont été visés par des tirs le 14 juillet à Étampes, en Essonne. L'un des pompiers a été touché par une balle au mollet, a appris franceinfo de sources concordantes.

"Pour la première fois de notre histoire, un tir direct par un petit calibre a tenté de porter atteinte aux sapeurs-pompiers alors qu'ils venaient porter secours à la population", affirme Marc Vermeulen. "Il nous arrive quelquefois d'être pris dans de véritables guet-apens avec des caillassages, des tirs de mortier... Mais le fait même qu'on nous tire dessus, même avec un petit calibre, c'est vraiment une nouvelle étape", a-t-il jugé.

Il n'est pour l'instant pas établi que l'auteur des tirs visait délibérément les pompiers. Mais le vice-président de la Fédération des sapeurs-pompiers de France en est certain. "En tout cas, au moment où ils intervenaient, c'était le fourgon incendie qui intervenait sur un feu de deux-roues. Donc, très clairement, les sapeurs-pompiers étaient visés", argumente-t-il.

Condamnations "sévères" et "systématiques"

Cette situation est véritablement "incompréhensible" pour le colonel Vermeulen. "Les sapeurs-pompiers viennent pour porter secours. Et les premiers à avoir le préjudice de cette situation, c'est la population elle-même, juge-t-il. Donc il y a vraiment besoin d'avoir un sursaut au niveau de la population pour que l'on revienne sur une approche qui est normale, à savoir d'accueillir les secours et de les guider", 

Le représentant de la Fédération des sapeurs-pompiers de France annonce que des pistes sont exploitées, comme l'expérimentation de la caméra piéton pour les équipes des services départementaux d'incendie et de secours. "Par contre, la Fédération nationale et plus largement les représentants du personnel attendent le fait que les condamnations sévères à l'encontre des protagonistes soient systématiques, et surtout que les peines soient appliquées", prévient Marc Vermeulen.

Le Service départemental d'incendie et de secours de l'Essonne va déposer une plainte pour cet événement qui a blessé légèrement un pompier au mollet dans la soirée du mardi 14 juillet. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a également réagi en dénoncant "des actes odieux".