Cet article date de plus de dix ans.

Aux législatives, Le FN fait de moins bons scores qu'à la présidentielle

Marine Le Pen promet plus de 300 triangulaires pour les prochaines législatives. Néanmoins, il est difficile de projeter le score du mois de juin à partir de celui de l'élection présidentielle. Analyse à partir des scrutins des 20 dernières années.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Assemblée nationale (AFP)

Marine Le Pen promet plus de 300 triangulaires pour les prochaines législatives. Néanmoins, il est difficile de projeter le score du mois de juin à partir de celui de l'élection présidentielle. Analyse à partir des scrutins des 20 dernières années.

Marine Le Pen somme donc Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé de se positionner en cas de duel PS/FN aux futures législatives. Voilà l'UMP prise au piège, dans lequel, elle s'est enferrée un peu toute seule dès lundi en projetant les résultats de l'élection présidentielle sur le scrutin de juin prochain.

La candidate a beau jeu d' annoncer des menaces de triangulaires possibles sur plus de 300 circonscriptions. Dans la réalité, ce chiffre devrait être moindre pour deux raisons.

Il y a une déperdition de voix pour le FN entre les deux scrutins quand les législatives succèdent tout de suite à l'élection présidentielle.

1988 : 14,38% à la présidentielle contre 9,66% un mois plus tard soit une baisse de 4, 72 points

2002 : 16,88% à la présidentielle contre 11,12% un mois plus tard soit une baisse de 5,74 points

2007 : 10,44% à la présidentielle contre 4,29% un mois plus tard soit une baisse de 6, 15 points

En revanche, quand les élections législatives se tiennent à mi-mandat entre deux élections présidentielles, le FN réalise de meilleurs scores.

1993 : 12,42 % soit 1,96 point de moins par rapport au score de la présidentielle de 1988.

1997 : 14,94% soit aucune perte par rapport au score présidentiel de Jean-Marie Le Pen en 95 (15%)

Pour se maintenir au second tour, il faut avoir recueilli au moins 12,5% du nombre d'inscrits.

Bref, le seuil pour se maintenir au second tour dépend du taux de participation. Plus celui-ci est faible, plus le taux de votes exprimés doit s'approcher des 20% pour correspondre au 12,5% du corps électoral inscrit sur les listes d'émargement.

Or là aussi la participation est moins importante aux législatives qu'à l'élection présidentielle.

1988 : 81,35% de participation pour la présidentielle, 65,74% pour les législatives.

1995 : 78,38% de participation pour la présidentielle , 67,92% pour les législatives de 97.

2002 : 71,60% de participation pour la présidentielle, 64,42% pour les législatives

2007 : 83,77 % de participation pour la présidentielle 60,42% pour les législatives.

Si les deux phénomènes coincident au mois de juin prochain, la menace que fait peser Marine Le Pen pourrait s'avérer moindre qu'espérée par elle

Tous les chiffres cités dans cet article sont issus du blog du journaliste Laurent de Boissieu : Ipolitique

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.