Le retrait français d'Afghanistan n'est "pas négociable", dit Hollande

Le président français a rappelé son intention de retirer les troupes de combat françaises d'ici à la fin de l'année mais parle d'"un soutien sous une autre forme".

François Hollande et Barack Obama, le 18 mai 2012, à la Maison Blanche.
François Hollande et Barack Obama, le 18 mai 2012, à la Maison Blanche. (JEWEL SAMAD / AFP)

François Hollande l'a martelé : le retrait d'Afghanistan n'est "pas négociable". "J'ai rappelé devant le président Obama que j'avais fait la promesse de retirer nos troupes de combat d'Afghanistan à la fin 2012", a indiqué dans un premier temps le nouveau président français, qui a été reçu à la Maison Blanche vendredi 18 mai.

Peu après, lors d'une conférence de presse, il a répété : "Le retrait des forces combattantes, c'est une décision de la France et cette décision sera appliquée". Il a ajouté que les troupes afghanes allaient prendre le relais des Français en Kapisa.

Un soutien "sous une autre forme"

"J'ai conscience que la France est dans une alliance, qu'elle est engagée dans les opérations depuis longtemps, donc elle doit faire ses choix en bonne intelligence, en bonne association avec ses alliés et notamment nos partenaires américains", a-t-il toutefois tenu à préciser. Et d'annoncer qu'"il y aurait toujours un soutien sous une autre forme". Washington avait dit, jeudi, s'attendre à ce que Paris contribue à la force internationale en Afghanistan (Isaf) jusqu'en 2014 sous une forme encore à définir.

François Hollande doit participer pendant son séjour américain à un sommet des pays du G8 à Camp David avant de prendre part, dès dimanche, à un sommet des pays de l'Otan à Chicago. Cette rencontre devra préciser le plan de transfert des responsabilités de sécurité aux forces afghanes d'ici à la fin 2014, quand les troupes étrangères sont censées s'être retirées. La promesse de Hollande de retirer les troupes françaises d'Afghanistan à la fin de l'année y sera encore évoquée.