Présidentielle 2022 : le mea culpa d'Arnaud Montebourg après sa proposition sur le blocage des transferts d'argent vers les pays refusant de rapatrier les clandestins

Publié
Présidentielle 2022 : le mea culpa d'Arnaud Montebourg après sa proposition-choc sur le blocage des transferts d'argent vers les pays refusant de rapatrier les clandestins
France 2
Article rédigé par
R. Moquillon, C. Apiou - France 2
France Télévisions

Arnaud Montebourg, candidat à la présidentielle, a proposé un blocage de l'argent privé vers les pays qui refusent de rapatrier leurs clandestins. Face aux critiques, il a fait son mea culpa. 

C'est toute la gauche qu'Arnaud Montebourg semble avoir choquée, dimanche 7 novembre. Invité du Grand Jury sur RTL, l'ancien ministre a déclaré vouloir bloquer les transferts d'argent privé vers les pays qui refusent de rapatrier leurs ressortissants visés par une mesure d'expulsion du territoire français. "Il y a 11 milliards de transferts d'argent qui passent par Western Union sur l'ensemble des pays d'origine, nous bloquons tous les transferts aussi longtemps que l'on n'a pas un accord de coopération", a indiqué l'ancien ministre. Le candidat à la présidentielle d'avril 2022 souhaite empêcher tous les immigrés vivants en France, y compris ceux en situation régulière, de transférer de l'argent vers leur pays d'origine. 

Retrait des Jeunes pour Montebourg 

Une idée déjà partagée par l'extrême droite et le polémiste Éric Zemmour. Hier soir, Arnaud Montebourg a perdu ses plus fidèles soutiens. Dans un communiqué de presse, les Jeunes pour Montebourg ont annoncé se mettre en retrait de la campagne de l'ancien ministre. Conscient de l'émoi provoqué, Arnaud Montebourg est revenu sur ses propos pour les clarifier, précisant qu'il voulait viser les États et non les gens. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.