Cet article date de plus de dix ans.

Anniversaire de Tchernobyl : une petite chaîne humaine d'EELV et de "Sortir du nucléaire" à Paris

A l'occasion du 26e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, près de 130 actions sont prévues du jeudi 26 au dimanche 29 avril. Parmi celles-ci, une chaîne humaine qu'ont tenté d'organiser EELV et le collectif ‘Sortir du nucléaire' à Paris.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des militants anti-nucléaire à Paris le 26 avril (NG)

A l'occasion du 26e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, près de 130 actions sont prévues du jeudi 26 au dimanche 29 avril. Parmi celles-ci, une chaîne humaine qu'ont tenté d'organiser EELV et le collectif ‘Sortir du nucléaire' à Paris.

Quelques affiches et une distribution de tracts accueillent les passants à la sortie du métro Reuilly-Diderot dans le 12ème arrondissement de Paris. Parmi les slogans visibles : "Vos centrales sont aussi sûres que les bateaux Costa", ou "Arrêtez de jouer au tiercé avec votre avenir".

Des militants anti-nucléaire distribuent des tracts (NG)

Objectif : interpeller les candidats

C'est à quelques mètres de là, au pied du siège de l'Autorité de sûreté nucléaire, que se sont réunis écologistes et anti-nucléaires. Objectif : "Rappeler à tous, et notamment aux deux derniers candidats en lice, les dangers du nucléaire", à l'occasion du 26e anniversaire de l'explosion de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl.

Une centaine de personnes seulement sont au rendez-vous. Et une vingtaine ont respecté le "dress code" : combinaison blanche, gilet de sécurité jaune fluo et masque blanc.

Denis Baupin s'adresse aux manifestants (NG)

"Les accidents nucléaires ne sont pas un hasard malencontreux, le risque est continuel", assure Denis Baupin, adjoint au maire de Paris. "Aucun des deux candidats ne s'est engagé sur la sortie du nucléaire", rappelle-t-il, "or c'est une nécessité".

"L'accord signé avec le Parti socialiste constitue seulement un socle de départ, mais il ne suffit pas. Il faut organiser un débat national pour mener la transition énergétique, sur vingt ans", précise-t-il.

Une chaîne humaine avortée

Les militants anti-nucléaire organise une ronde autour de la place du Colonel Bourgoin (NG)

Après avoir observé une minute de silence en hommage aux victimes du nucléaire, les quelques manifestants se donnent la main et forment une ronde autour de la place, avant de se déplacer de quelques mètres, près de la sortie du métro. Un mouvement loin de celui prévu au départ : former une chaine humaine jusqu'à la place de la Bastille.

Des militants du mouvement des "jeunes écologistes" (NG)

Jordan, militant chez "les jeunes écologistes", regrette le peu d'affluence qu'il met sur le compte de la pluie. "Je suis content que des vieux aient pu venir, mais il n'y a pas beaucoup de jeunes, c'est dommage. L'enjeu est important car c'est notre vie future que l'on essaie de préserver", dit-il.

A coté de lui, des militants anti-nucléaires entonnent un "Joyeux anniversaire Tchernobyl", avant que le groupe ne se disperse.

128 actions en France

D'autres manifestations sont prévues d'ici dimanche. Peut-être obtiendront-elles plus de succès.

Conférences, rassemblements, hommages aux victimes et aux liquidateurs, simulations d'incident nucléaire, "quarts d'heure non silencieux", avec des sirènes et des manifestants allongés au sol. Le détail du programme sur le site "Chernobyl Day".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.