Vidéo "Sans ces femmes et ces hommes issus de l'immigration, la France ne serait pas ce qu’elle est", lance Anne Hidalgo

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

La candidate du PS rappelle que ce sont les grandes migrations économiques "qui ont fait en sorte que notre pays soit un grand pays".

Anne Hidalgo, candidate socialiste à la présidentielle, invitée des "matins présidentiels" de franceinfo, a réagi au débat sur l'immigration et aux propos d’Éric Zemmour. Le polémiste d'extrême droite et probable candidat pour 2022 voudrait notamment imposer des prénoms français aux enfants nés dans l'hexagone. Anne Hidalgo a d'abord rappelé qu'elle est issue de l'immigration, sa famille étant originaire d'Espagne. Elle a aussi indiqué qu'on lui a changé de prénom : "On m'a francisé sans que j'ai à me prononcer et j'ai considéré que comme c'était mon prénom d'usage je gardais mon prénom d'usage".

>> Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Anne Hidalgo sur franceinfo.

"Comme des millions de personnes à la fois venant d'Algérie, du Portugal, de Pologne, d'Espagne, de partout, qui sont venus et qui ont fait en sorte que notre pays soit un grand pays, on va dire à tous ces gens-là 'vous n'êtes rien' et vous devez avoir honte de vos prénoms ?", lance la candidate.

"Notre pays doit être ouvert et bien sûr fixer des règles"

"Moi je dis aujourd'hui à toutes ces femmes et à tous ces hommes qu'on peut aimer son pays passionnément et qu'on peut être très fier de ces origines", poursuit la maire de Paris. Elle "revendique cette fierté" parce que pour la socialiste, "sans ces femmes et ces hommes, la France ne serait pas ce qu’elle est".

Et de s'interroger : "Alors on va se fermer, on va se replier ? On va dire aux enfants 'ayez honte de vos prénoms' ? Mais de qui on se moque ! Notre pays doit être ouvert et bien sûr fixer des règles". Anne Hidalgo précise enfin que "quand des gens nous attaquent, il ne faut pas qu'ils aient le droit d'être sur notre territoire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.