Vidéo Anne Hidalgo à la peine dans les sondages : "La politique, ce n'est ni de l'arithmétique, ni du commentaire", dénonce la candidate du PS

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Il vaut mieux payer des journalistes" pour "éclairer" que de "commenter des sondages", lance Anne Hidalgo.

Anne Hidalgo, candidate socialiste à la présidentielle, invitée des "matins présidentiels" de franceinfo, a réagi à ses mauvais scores dans les sondages, qui la placent entre 4 % et 6 % d'intentions de vote en vu de 2022. "Les sondages ce sont les mêmes qui expliquaient au moment des régionales que le PS allait perdre toutes ses régions sauf une, que le RN allait en gagner cinq, que la République en Marche allait gagner la région Centre". Anne Hidalgo rappelle que "tout ça ne s'est pas produit".

>> Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Anne Hidalgo sur franceinfo.

La maire de Paris salue d'abord l'initiative du patron de Ouest France qui arrête les sondages. Elle pense qu'il "vaut mieux payer des journalistes" à aller sur le terrain "pour éclairer" que de "commenter des sondages qui nous disent que l'élection serait jouée". "Mais allons-y !", s'emporte la candidate, "passons par-dessus l'élection sans problème". Et d'expliquer que "la politique est une affaire de conviction, de rencontre entre des femmes et des hommes, de dynamique. C'est quelque chose de noble, ce n'est pas de l'arithmétique et ce n’est pas du commentaire".

"J'ai deux piliers : le PS et les maires"

La candidate rappelle par ailleurs que pendant un an elle a "d'abord rassemblé, écouté les sollicitations qui m'étaient faites" notamment par "cette belle équipe de France des maires que j'ai réunie" le 12 juillet à Villeurbanne (Rhône). Anne Hidalgo a alors déclaré sa candidature "forte de ce soutien des maires". Et le 14 octobre, poursuit-elle, "j'ai été investie par le parti socialiste". "J'ai une organisation politique autour de moi composée de deux piliers : le parti socialiste et cette équipe de France des maires et des élus locaux qui est répartie sur toute la France".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.