Grève des enseignants : Anne Hidalgo chahutée dans la manifestation parisienne

Alors qu'elle se trouvait dans le cortège, la candidate socialiste à la présidentielle a été accusée par certains manifestants de faire de la récupération politique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La maire de Paris et candidate du Parti socialiste à la présidentielle, Anne Hidalgo, chahutée par des manifestants lors de la journée de mobilisation des personnels de l'Education nationale. (THOMAS SAMSON / AFP)

Anne Hidalgo, candidate socialiste à la présidentielle, a reçu un accueil "un peu mouvementé" de la part de certains participants à la manifestation parisienne des enseignants et personnels de l'Education nationale, jeudi 13 janvier, selon le journaliste de franceinfo sur place. L'ensemble des syndicats ont appelé à la grève pour protester contre la succession des protocoles sanitaires liés au Covid-19.

"On n'accepte aucune récupération"

Alors qu'elle se trouvait dans le cortège, la maire de Paris a croisé plusieurs manifestants hostiles. "On s'en fout, nous, que vous vous pavaniez", a lancé une femme se présentant comme membre de "la FCPE [Fédération de Conseils des Parents d'Elèves] de la ville de Noisy-le-Sec", en Seine-Saint-Denis. "Je suis soignante et je suis suspendue à cause de ce gouvernement", a-t-elle ajouté, faisant allusion à l'obligation vaccinale pour les soignants.

>>> Revalorisation du smic, ISF climatique, droit de vote à 16 ans… Ce que contient le programme d'Anne Hidalgo pour la présidentielle

Une autre manifestante, se présentant elle comme "une conseillère principale d'éducation (CPE)" a assuré a franceinfo qu'"Anne Hidalgo et le PS en général n'ont pas vraiment défendu l'Education nationale". "Là, les enseignants et tout le monde de l'éducation est vraiment très en colère", a-t-elle poursuivi. Selon cette conseillère, "le manque de postes dans l'éducation nationale ne date pas d'aujourd'hui, il date bien d'avant le Covid". "La colère est tellement forte qu'effectivement, on accepte aucune récupération, quel que soit le parti politique", a-t-elle ajouté, avant de conclure "Anne Hidalgo, j'en ai rien à faire".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Anne Hidalgo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.