Allocations familiales : une petite différence selon les revenus

Les députés socialistes et le gouvernement sont parvenus ce mardi à un accord sur les allocations familiales. Elles ne seront modulées qu'à la marge. Une "justice fiscale" pour certains, une "discrimination" pour d'autres.

(Allocations familiales: de nouvelles pistes des députés PS, pas de modulation générale ©)

Le groupe socialiste de l'Assemblée et le gouvernement sont parvenus mardi à un accord sur les économies à réaliser en matière de prestations familiales en 2015 sans remettre en cause le principe d'universalité des allocations familiales. "L'équilibre des comptes ne sera bougé qu'à la marge tout en conservant l'ensemble des prestations sociales acquises aux familles qui à l'heure actuelle en jouissent ", dit Gérard Bapt, rapporteur de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée.

 

Il y aura bien une différence selon les revenus. Les ménages les plus riches ne toucheront pas la majoration qui tombe à partir de 14 ans si on a deux enfants. Ce seuil devrait cependant bouger. Le gouvernement voulait débloquer l’argent à partir de 16 ans au lieu de 14 ans. Finalement les députés ont obtenu que la majoration soit déclenchée à 15 ans.

 

"C’est de la simple justice fiscale ", pour le porte-parole des députés PS Hugues Fourage. A droite, le député UMP Jacques Myard dénonce quant à lui une discrimination, "vous êtes riches, vous n’y avez pas droit. Je suis désolé, les allocations familiales, ce n’est pas une aide sociale, c’est une aide à la natalité ". Le texte doit maintenant être adopté.