Cet article date de plus de neuf ans.

Alain Juppé sera en première ligne face à François Hollande, jeudi soir, sur France 2

Alain Juppé affrontera François Hollande, lors de l'émission "Des Paroles et de actes", jeudi 26 janvier sur France 2. La veille de son duel avec le candidat socialiste, le numéro 2 du gouvernement a défendu, à Nice, le bilan de Nicolas Sarkozy.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, le 24 janvier, arrive à une convention de l'UMP, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Alain Juppé affrontera François Hollande, lors de l'émission "Des Paroles et de actes", jeudi 26 janvier sur France 2. La veille de son duel avec le candidat socialiste, le numéro 2 du gouvernement a défendu, à Nice, le bilan de Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé monte en première ligne. Jeudi 26 janvier au soir sur France 2, le ministre des affaires étrangères sera face à François Hollande. Avant même l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy, dimanche 29 janvier.

A Nice, mercredi, lors d'une cérémonie de voeux de la fédération UMP, M. Juppé s'est dit "heureux" de la mobilisation dont il était le témoin.

"Je suis heureux d'être parmi vous et de vous voir aussi ardents, aussi fervents, aussi mobilisés, ça fait plaisir !", a-t-il lancé aux 2.500 militants, élus et symathisants UMP des Alpes-Maritimes réunis dans la salle d'un grand hôtel de la Promenade des Anglais.

"Et je vais vous faire une confidence : demain soir, vers 21 heures, je penserai à vous, ça me donnera du niaque, comme on dit chez nous", a-t-il poursuivi, faisant référence au débat du lendemain avec le candidat socialiste.

"Des solutions sérieuses à des problèmes sérieux"

Tout en défendant les réformes accomplies durant le quinquennat de M. Sarkozy et reprenant une à une les "valeurs du peuple de droite et du centre [fondant] notre engagement aux côtés du président de la République", M. Juppé a appelé à cesser les petites phrases, à droite comme à gauche.

"Ce soir, je suis venu vous parler sérieusement de choses sérieuses", a-t-il dit. "Je connais le combat politique depuis longtemps, je connais ses lois, ses rites, et franchement, l'escalade des petites phrases et la débauche de noms d'oiseaux à laquelle on assiste depuis quelques temps, (...) ça va finir par lasser l'opinion publique (...) qui attend aujourd'hui des solutions sérieuses à des problèmes sérieux".

Alors que M. Hollande a dévoilé, jeudi, les 60 propositions de son projet présidentiel, le chef de la diplomatie devrait intervenir tant sur le domaine économique et financier que sur les questions de société.

La stratégie militaire de la France en Afghanistan devrait être également abordée, après la mort de quatre soldats français. Le ministre des affaires étrangères avait appelé, mardi à l'Assemblée, à "ne pas céder à la panique" et à ne pas confondre "retrait ordonné" et "retraite précipitée". Le PS réclame au contraire un rapatriement complet d'ici la fin de l'année.

Favori des Français devant Nicolas Sarkozy

Populaire dans son camp, 73% des sympathisants UMP ont - selon le baromètre CSA pour les Echos - une bonne opinion de lui.

De plus, sa "stature d'homme d'Etat" en fait une pièce maîtresse du dispositif de campagne de Nicolas Sarkozy qui ne s'est pas encore déclaré officiellement candidat.

Dans une étude BVA, publiée le 6 octobre 2011 par "Le Nouvel Observateur", le maire de Bordeaux était le candidat favori des Français, loin devant Nicolas Sarkozy (57% contre 32%). Chez les sympathisants de la droite et du centre, 48% souhaitaient une candidature d'Alain Juppé.

Invité de l'émission "Des paroles et des actes", le 29 septembre 2011, M. Juppé, interrogé sur ses désirs, avait confié qu'il "rêvait" et "même avec les yeux ouverts ". Enigmatique, il s'était refusé à dire "de quoi ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.