INFO FRANCEINFO. Affaires des écoutes : la plainte de Dupond-Moretti classée sans suite, un député saisit la Cour de Justice

Eric Dupond-Moretti s'était désisté de sa plainte au moment d'être appelé au ministère de la Justice.

Eric Dupond-Moretti quitte l\'Elysée, le 7 octobre 2020, à Paris.
Eric Dupond-Moretti quitte l'Elysée, le 7 octobre 2020, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La plainte d'Eric Dupond-Moretti a été classée sans suite le 2 octobre, a appris franceinfo, jeudi 8 octobre, auprès de sources judiciaires concordantes, dont le parquet de Nanterre. Avant de devenir garde des Sceaux, l'avocat avait porté plainte contre X, le 30 juin, dans la procédure en marge de l’affaire des écoutes (ou "affaire Paul Bismuth") au cours de laquelle des "fadettes" d’avocats (dont les siennes) avaient été épluchées par le Parquet national financier (PNF).

Eric Dupond-Moretti s'était désisté de sa plainte lors de sa nomination au gouvernement, mais les investigations avaient été poursuivies. "Aucune infraction pénale n'ayant été constatée", l'affaire a été classée, précise le parquet de Nanterre. 

Ugo Bernalicis ne lâche pas le garde des Sceaux

Par ailleurs, Le député LFI Ugo Bernalicis a saisi la Cour de justice de la République, par le biais de François Molins, procureur général près la Cour de cassation, aux fins d'engager la responsabilité d'Eric Dupond-Moretti pour les délits de prise illégale d’intérêt et d'intimidation de magistrats, a appris franceinfo auprès de la France insoumise.

Pour rappel, le PNF avait ouvert une enquête préliminaire en 2014 pour, à l’époque, rechercher une "taupe" soupçonnée d'avoir informé l'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, qu'il était sur écoute. Les factures téléphoniques détaillées (les "fadettes") de dizaines d’avocats et de magistrats avaient été épluchées pendant six ans, dont celle d'Eric Dupond-Moretti. Dans ce dossier, des magistrats ont accusé Eric Dupond-Moretti de conflit d'intérêts.