Affaire des écoutes : "Il faut raison garder entre les réquisitions et le jugement"

Quatre ans de prison, dont deux ferme, ont été requis à l'encontre de l'ancien président Nicolas Sarkozy mardi 8 décembre par le parquet national financier. Pour réagir sur franceinfo mardi soir, le politologue Benjamin Morel.

FRANCEINFO

La réquisition de deux ans de prison ferme à l'encontre de Nicolas Sarkozy mardi 8 décembre dans l'affaire des écoutes a été "forte, certains diront disproportionnée, en tout cas extrêmement importante", commente le politologue Benjamin Morel sur franceinfo mardi soir. "Pour l'électorat acquis, ce type d'affaires a un impact assez limité. Mais la question d'un retour en politique reste lancinante pour lui", ajoute le professeur en sciences politiques à Paris.

Mauvaises relations entre les magistrats et Sarkozy

Le parquet national financier s'est défendu de mener une "guérilla" contre l'ancien président. "Il est normal qu'un procureur cherche à obtenir une condamnation, qu'il juge adéquate. Mais c'est le juge qui tranche. Il faut raison garder entre les réquisitions et la décision finalement actée", affirme-t-il. "La source de cette affaire vient d'un conflit entre l'ancien président et le corps des magistrats", rappelle Benjamin Morel. La défense de Nicolas Sarkozy s'exprimera mercredi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Benjamin Morel
Benjamin Morel (FRANCEINFO)