Cet article date de plus de six ans.

Vidéo "On peut quand même interroger les gens à des heures raisonnables !" : Jean-Pierre Raffarin s'agace de la garde à vue de Nicolas Sarkozy

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Invité de franceinfo, mercredi, l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a regretté le caractère "spectaculaire" de la garde de Nicolas Sarkozy.  

Jean-Pierre Raffarin est revenu mercredi 21 mars sur franceinfo sur la garde à vue de Nicolas Sarkozy. "Pourquoi tout ce spectacle ?", regrette-t-il, alors que Nicolas Sarkozy entamait une deuxième journée en garde à vue dans l'enquête sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007. "On peut quand même, sur un sujet qui date de 2007, interroger les gens à des heures raisonnables, normales ! estime-t-il. On n’est pas obligé de donner le sentiment de vouloir les humilier pour les juger."

>> DIRECT. Financement de sa campagne : Nicolas Sarkozy en garde à vue

Placé en garde à vue mardi matin, Nicolas Sarkozy a été entendu par les juges de agents de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), dans l'enquête sur des soupçons de financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de sa campagne présidentielle de 2007. Il a été autorisé peu après minuit à regagner son domicile. "Pourquoi à minuit ? s'est interrogé Jean-Pierre Raffarin. On ne peut pas interroger un président de la République normalement, de 8 heures à midi et de 14 heures à 19 heures, et reprendre le lendemain ?"

Jean-Pierre Raffarin assure que Nicolas Sarkozy doit être "un justiciable comme les autres" mais il estime que la garde à vue de l'ancien président de la République est un "spectacle". "C’est donner un sentiment de tragédie, de spectaculaire, comme si on avait besoin de ça dans l’actualité. La justice pour être forte a besoin d'être sereine. Là, elle ne donne pas le sentiment d'être sereine."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.