Cet article date de plus de six ans.

Soupçons de financement illégal : "Sarkozy a remercié Kadhafi maintes fois", assure l'avocat d'un dignitaire libyen

Avocat de l'ancien Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi, Mehdi Bouaouaja a répondu aux questions de France 3, après la garde à vue de Nicolas Sarkozy.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien Premier ministre libyen, Baghdadi Ali Al-Mahmoudi (au centre), le 28 avril 2009 à Tripoli (Libye). (MAHMUD TURKIA / AFP)

Son client fait partie des dignitaires libyens qui assurent que Mouammar Kadhafi a bien financé la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy. L'avocat de Baghdadi Ali Al-Mahmoudi, Maître Mehdi Bouaouaja, a expliqué, mardi 20 mars à France 3, la position de l'ancien Premier ministre libyen. "Mon client a déclaré avoir supervisé l'opération de financement occulte de la campagne de Sarkozy en 2007, via des intermédiaires à Genève", a-t-il expliqué. Une déclaration faite à l'occasion de la garde à vue de l'ancien président de la République.

>> Suivez les dernières informations sur cette garde à vue dans notre direct.

Selon son client, Nicolas Sarkozy aurait ensuite manifesté sa gratitude à plusieurs reprises.

Sarkozy a remercié maintes fois les autorités libyennes, les officiels bien sûr, Kadhafi et son entourage proche, pour ce financement.

Mehdi Bouaouaja

à France 3

Des accusations démenties par l'ex-président français

L'avocat précise enfin que son client avait "d'excellentes relations avec certains proches de Sarkozy, comme Boris Boillon et Claude Guéant, les deux 'agents de liaison' avec les autorités libyennes". Le premier fut ambassadeur de France en Tunisie et a été condamné pour "blanchiment de fraude fiscale" après avoir été arrêté en possession de 350 000 euros en espèces. Le second, bras droit de Nicolas Sarkozy, est mis en examen pour "faux", "usage de faux" et "blanchiment de fraude fiscale en bande organisée".

Premier ministre de 2006 à 2011, Baghdadi Ali Al-Mahmoudi, aujourd'hui détenu en Libye selon Jeune Afrique, n'est pas le seul ancien dignitaire du régime de Kadhafi à faire ce type de déclarations. L'ex-chef des services secrets, Abdallah Senoussi, l'ex-interprète de Kadhafi, Moftah Missouri, l'un des cousins du dictateur, Ahmed Kadhaf Al-Dam ou encore Zohra Mansour, ex-responsable des "amazones" – ces femmes qui entouraient le Guide – ont relaté des versements à l'entourage de Nicolas Sarkozy. Ce dernier et ses proches ont toujours démenti.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.