Nicolas Sarkozy : des soupçons sur la campagne de 2007

Alors que Nicolas Sarkozy est en garde à vue pour des soupçons de financements illicites provenant de Libye depuis ce mardi 20 mars, Dominique Verdeilhan fait le point sur les derniers rebondissements.

FRANCE 2

Onze années se sont écoulées depuis la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy et cinq ans depuis l'ouverture de l'enquête. Et pourtant, ce n'est que ce mardi 20 mars au matin que l'ancien chef de l'État est en garde à vue. Il est soupçonné d'avoir bénéficié de financements illicites provenant de Libye. "Dans un premier temps, la justice a tenté de comprendre le circuit de ce supposé financement libyen. Elle a accumulé des témoignages, des mises en cause, des documents trouvés lors des perquisitions et on entre, aujourd'hui, dans une seconde phase", explique Dominique Verdeilhan.

Une procédure habituelle

Il est désormais temps d'interroger celui qui en serait le principal bénéficiaire. Jusque-là, Nicolas Sarkozy a toujours contesté ces accusations. Il s'agit désormais de convaincre les enquêteurs. De plus, la garde à vue "est la procédure habituelle dans ce genre de dossiers parce qu'elle offre plus de temps, 48 heures", note le journaliste. La garde à vue peut se prolonger jusqu'à jeudi 22 mars au matin. 

Le JT
Les autres sujets du JT
(MICHAEL KAPPELER / DPA)