Nicolas Sarkozy : de l'argent libyen dans sa campagne ?

C'est la première fois que Nicolas Sarkozy est entendu dans cette affaire, qui a éclaté en 2012 avec la publication par Mediapart d'une note laissant penser que le colonel Kadhafi avait versé 50 millions d'euros pour la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

FRANCE 2

Mouammar Kadhafi avait-il promis 50 millions d'euros pour la campagne de Nicolas Sarkozy ? Une partie est-elle arrivée en France ? "Oui", avait prétendu le dictateur libyen, dans une interview accordée à cette journaliste du Figaro en mars 2011. France 3 en diffuse les extraits sonores, diffusés dans Pièces à conviction : "C'est moi qui l'ai fait arriver au pouvoir en France, nous lui avons donné le financement nécessaire", explique-t-il notamment.

Alexandre Djouhri, autre intermédiaire suspecté

Un homme sulfureux déclare avoir joué les intermédiaires : Ziad Takieddine, mis en examen dans un autre dossier, affirme avoir transporté à au moins trois reprises des valises pleines de billets entre Tripoli et Paris. "C'était pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy", répète-t-il depuis des années. Des accusations que Nicolas Sarkozy a toujours rejetées. Un autre homme intéresse la justice : Alexandre Djouhri, un franco-algérien arrêté récemment à Londres (Royaume-Uni). Il est suspecté d'avoir été l'un des intermédiaires entre la Libye et la France. Son nom apparait dans une curieuse transaction : 500 000 euros versés sur le compte personnel de Claude Guéant via une banque en Malaisie. S'agit-il, comme le prétend l'ancien ministre de Sarkozy, du fruit de la vente de deux tableaux d'un peintre flamand ? Ou ces 500 000 euros ont-ils un lien avec le supposé financement libyen ? Claude Guéant affirme aujourd'hui n'avoir jamais vu un centime venant de Tripoli.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Sarkozy lors d\'une visite à Athènes (Grèce), le 23 octobre 2017.
Nicolas Sarkozy lors d'une visite à Athènes (Grèce), le 23 octobre 2017. (ALEXANDROS MICHAILIDIS / SOOC / AFP)