Mise en examen de Nicolas Sarkozy : quelles conséquences ?

En plateau, Dominique Verdeilhan revient sur la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

FRANCE 2

Nicolas Sarkozy a été mis en examen mardi 16 février pour financement illégal de sa campagne 2012. Une mise en examen "à minima", selon Dominique Verdeilhan qui rappelle que l'ancien chef de l'État "n'est pas poursuivi pour le recours à la société Bygmalion ni pour le système de fausses factures qui en a découlé. On lui reproche d'avoir dépassé le plafond autorisé des dépenses électorales alors qu'il a signé et donc certifié conformes les comptes de sa propre campagne de 2012". 

Un mauvais timing 

Hier, son avocat Thierry Herzog se disait satisfait, mais "cette mise en examen sonne mal pour Nicolas Sarkozy qui vise évidemment 2017", poursuit le journaliste de France 2 en plateau. Son avocat va tenter de faire invalider cette mise en examen, mais cela "risque de prendre un peu de temps. Les chances pour que tout ça soit réglé avec les primaires de novembre prochain sont assez minces, surtout qu'une autre mise en examen dans un autre dossier handicape déjà l'actuel président des Républicains", conclut Dominique Verdeilhan.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Sarkozy lors du conseil national des Républicains le 13 février 2016 à Paris. 
Nicolas Sarkozy lors du conseil national des Républicains le 13 février 2016 à Paris.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)