Cet article date de plus de trois ans.

Financement de la campagne de Nicolas Sarkozy : "Il est utile que la justice fasse la lumière", juge Stéphane Travert

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de l'Agriculture a réagi mardi sur franceinfo au placement en garde à vue de Nicolas Sarkozy dans le cadre de l'enquête sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007.

Le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation, Stéphane Travert, a réagi mardi 20 mars au placement en garde à vue de Nicolas Sarkozy dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre de l'enquête sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007.

>>Direct. Financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy : l'ex-chef de l'État en garde à vue, Brice Hortefeux en audition libre

"Je n'ai pas de commentaire à faire sur ce dossier qui dure déjà depuis un bon moment. La justice fait son travail et elle suit son cours", a déclaré Stéphane Travert. "La justice est à son travail. La justice est libre dans ce pays et c'est heureux", a martelé le ministre de l'Agriculture. "Je ne connais pas le dossier et je ne fais pas partie des proches de Nicolas Sarkozy", a-t-il ajouté. "Je n'ai pas d'autre commentaire à faire, si ce n'est qu'il est utile que la justice puisse avancer et fasse la lumière", a souligné le ministre de l'Agriculture. 

Stéphane Travert, ex-PS, avait fait campagne pour Ségolène Royal, en 2007. "La responsabilité qui était la mienne ne me permettait pas de voir un certain nombre de choses", a-t-il déclaré. "La justice a dû considérer qu’il était nécessaire d’entendre l’ancien chef de l’État", a conclu le ministre de l'Agriculture, qui a rejoint le mouvement d'Emmanuel Macron en 2016. 



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.