Serge Dassault visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale

Pour n'avoir pas déclaré des comptes à l'étranger, le sénateur UMP est visé, depuis novembre, par une enquête du parquet national financier, révèle "Le Parisien".

Le PDG du groupe Dassault, Serge Dassault, quitte une conférence de presse de son entreprise, le 13 mars 2014, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).
Le PDG du groupe Dassault, Serge Dassault, quitte une conférence de presse de son entreprise, le 13 mars 2014, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). (ERIC PIERMONT / AFP)

Les ennuis s'accumulent pour Serge Dassault. Le parquet national financier a ouvert, en novembre 2014, une enquête préliminaire concernant le sénateur UMP de l'Essonne pour "non-déclaration auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), blanchiment de fraude fiscale et recel d'abus de bien social", révèle le site du Parisien, mardi 17 mars.

Serge Dassault aurait omis, à deux reprises, en 2011 et 2014, de déclarer, auprès de la commission pour la transparence financière de la vie politique, puis de la HATVP, plusieurs millions d'euros déposés sur des comptes en Suisse et au Luxembourg.

"Un doute sérieux" sur ses déclarations patrimoniales

La HATVP est chargée de vérifier l'exactitude des déclarations patrimoniales des parlementaires. Elle a fait état "d'un doute sérieux" sur les déclarations de patrimoine du sénateur et industriel. Et elle a confirmé, mardi, avoir transmis son dossier à la justice, "en raison notamment de l'omission d'avoirs détenus à l'étranger".