Serge Dassault en garde à vue dans l'enquête sur des achats de voix présumés à Corbeil-Essonnes

Une instruction est ouverte depuis mars 2013 à l'encontre de l'ancien maire UMP de la ville. La justice s'intéresse notamment aux élections organisées en 2008, 2009 et 2010.

Le sénateur UMP Serge Dassault, le 19 novembre 2013 à Paris.
Le sénateur UMP Serge Dassault, le 19 novembre 2013 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le sénateur UMP Serge Dassaulta été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur des achats de voix présumés à Corbeil-Essonne (Essonne), mercredi 19 février, selon une source judiciaire. Une instruction est ouverte depuis mars 2013 à l'encontre de l'ancien maire UMP de cette ville pour achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux.

La justice s'intéresse notamment aux élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes, remportées par Serge Dassault puis par son bras droit, Jean-Pierre Bechter. En 2008, le Conseil d'Etat avait tenu pour "établis" des dons d'argent aux électeurs.

Le 12 février, l'élu avait fini par demander de lui-même la levée de son immunité parlementaire, assurant qu'il n'avait "rien à se reprocher". Le sénateur avait échappé à la levée de son immunité une première fois en raison d'un problème de procédure. Il y avait échappé une seconde fois, le 8 janvier, ce qui avait déclenché un tollé et écorné l'image du Sénat : les 26 membres du bureau, 14 de gauche et 12 de droite, qui s'exprimaient à bulletin secret, avaient rejeté la levée par 13 voix contre 12 et une abstention.