VIDEO. Affaire Cahuzac : Moscovici défend une administration "exemplaire"

Le ministre de l'Economie a répondu aux questions de la commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'affaire par le gouvernement, mardi.

Après Christiane Taubira et Manuel Valls, Pierre Moscovici était très attendu, mardi 16 juillet, par la commission d'enquête parlementaire chargée d'éclaircir la gestion de l'affaire Cahuzac par le gouvernement.

Le ministre de l'Economie a rejeté d'éventuels dysfonctionnements. "Je n'hésite pas à redire ici que cette administration a agi sous ma responsabilité avec probité, efficacité, bref, de façon exemplaire." Et si l'administration n'a pas retrouvé la trace du compte bancaire de Jérôme Cahuzac à l'étranger, "c'est à la fois parce que le mensonge fut d'une exceptionnelle ampleur et parce que l'information dont nous sommes partis pour étayer notre demande était non pas inexacte, mais incomplète".

Lors de cette demande d'entraide administrative, adressée fin janvier à la Suisse, la France s'est contentée d'interroger les autorités locales sur un éventuel compte de Jérôme Cahuzac chez UBS, sans imaginer qu'il existait "un autre établissement" [Reyl & Cie, dont la direction nie en bloc]. Le cas échéant, Pierre Moscovici l'assure : "Nous aurions interrogé les autorités suisses sur ces deux hypothèses. La réponse aurait été différente, la vérité aurait éclaté dès la fin janvier grâce à notre action."

Le ministre de l\'Economie, Pierre Moscovici, mardi 16 juillet, devant la commission d\'enquête parlementaire chargée d\'éclaircir la gestion de l\'affaire Cahuzac par le gouvernement.
Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, mardi 16 juillet, devant la commission d'enquête parlementaire chargée d'éclaircir la gestion de l'affaire Cahuzac par le gouvernement. (MARTIN BUREAU / AFP)