Le scandale Cahuzac va-t-il provoquer un remaniement ?

Des voix s'élèvent à droite, mais aussi à gauche, pour appeler le chef de l'Etat à revoir rapidement la composition du gouvernement.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le chef de l\'Etat, François Hollande, sur le perron de l\'Elysée, le 4 janvier 2013.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le chef de l'Etat, François Hollande, sur le perron de l'Elysée, le 4 janvier 2013. (MAXPPP)

Après la démission et les aveux de Jérôme Cahuzac, d'autres têtes vont-elles tomber au gouvernement ? Au surlendemain des aveux de l'ancien ministre du Budget, des voix s'élèvent à droite, mais aussi à gauche, pour appeler le chef de l'Etat à revoir la composition du gouvernement.

Copé demande "un remaniement de grande ampleur"

Mercredi, le président de l'UMP, Jean-François Copé, a ainsi appelé François Hollande à "changer complètement son gouvernement, son Premier ministre et ses ministres". Pour le député-maire de Meaux, "un remaniement gouvernemental de grande ampleur est la seule issue possible" pour "redonner un peu de sérénité à notre pays" et, accessoirement, "changer de politique".

C'est ce que pense aussi le député et délégué général de l'UMP, Hervé Mariton : "Il n'y a plus aujourd'hui d'autorité du gouvernement ni une quelconque autorité reconnue au Premier ministre, le remaniement est indispensable et urgent dans l'intérêt même de la France." L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin estime lui aussi que la sortie de crise "passera peut-être par un remaniement, peut-être par un changement de Premier ministre".

A gauche, certains appellent à "un gouvernement resserré"

Un remaniement est également souhaité dans les rangs socialistes. "Ce n'est pas impensable", confie "un poids lourd de l'équipe Ayrault" dans Le Figaro. "Un gouvernement resserré de 15 à 20 ministres permettrait un meilleur esprit de corps, d'équipe…" abonde un autre "ministre de premier plan" cité par le quotidien. "Le président y réfléchit", assure un troisième.

"Ce remaniement se produira forcément. Il aura lieu rapidement, c'est-à-dire avant l'été, mais ne sera pas immédiat, pour ne pas donner le sentiment de paniquer, assure un important député socialiste auprès de francetv info. Le plus probable, c'est qu'on ait un gouvernement resserré, et surtout renouvelé."

"Il n'y a qu'une chose maintenant pour s'en sortir : un remaniement, plaide également un député PS interrogé par Le Parisien. L'idée était déjà dans l'air avant l'affaire Cahuzac, avec l'option d’un gouvernement resserré, et des têtes nouvelles." Le jeune député socialiste Matthias Fekl approuve : "Il faut un gouvernement plus resserré, diviser par deux le nombre de ministres. Nous avons besoin d'un gouvernement de combat", dit-il dans Le Figaro.

Le secrétaire général de l'Elysée : "La France a besoin de stabilité"

Un tel remaniement n'aurait pas la faveur de Matignon pour le moment. "Il me semblerait curieux de tirer un enseignement collectif d'un problème personnel", estime un conseiller de Jean-Marc Ayrault, toujours dans Le Figaro"Dans une période de crise comme celle que nous traversons, la France a besoin de stabilité", pense lui aussi le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, cité par Le Parisien.

Jugeant qu'"on a affaire à un problème plus global que le seul cas de Jérôme Cahuzac", un cadre du PS contacté par francetv info appelle lui aussi à ne pas tomber dans des réponses trop faciles et trop rapides : "Veillons à ne pas répondre à un problème profond par un petit coup de communication et par une réponse à chaud. Sinon, nous le paierons cash."