Revivez la première journée du procès Cahuzac

Reporté en février, le procès de l'ancien ministre du Budget a repris lundi 5 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris. Il comparait pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et pour avoir minoré sa déclaration de patrimoine.

Jérôme Cahuzac au premier jour de son procès, le 5 septembre 2016. 
Jérôme Cahuzac au premier jour de son procès, le 5 septembre 2016.  (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCEINFO)
Ce qu'il faut savoir

Jérôme Cahuzac a fait un aveu inédit au premier jour de son procès pour fraude fiscalelundi 5 septembre. L'ancien ministre du Budget a affirmé que son premier compte en Suisse avait servi au "financement d'activités politiques pour Michel Rocard", de novembre 1992 à mai 1993. Revivez le premier jour d'audience.

Quatre personnes et une banque sur le banc des prévenus. Outre Jérôme Cahuzac, son épouse, Patricia Ménard, son banquier suisse, François Reyl, et l'ex-avocat Philippe Houman, qui avait imaginé le montage financier utilisé par l'ancien ministre, sont jugés. La banque genevoise Reyl comparaît également, comme personne morale.

Cinq comptes en vingt ans, dans trois pays différents. Depuis 2013, l'enquête a permis de retracer avec précision les pérégrinations fiscales de Jérôme Cahuzac, de la Suisse à Singapour.

Un redressement fiscal de 2,3 millions d'euros. Jugés jusqu'au 15 septembre, les ex-époux Cahuzac se sont déjà acquittés d'un redressement fiscal salé. Une "double peine" qu'ils ont tenté de contester devant le Conseil constitutionnel, sans succès.

Un aveu dès le premier jour. Jérôme Cahuzac a expliqué lundi que son premier compte en Suisse avait servi "au financement d'activité politique pour Michel Rocard". Les fonds venaient de laboratoires pharmaceutiques, selon l'ancien ministre du Budget. Il n'avait jusqu'ici jamais reconnu ces faits.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CAHUZAC

22h57 : S'il ne fallait retenir que trois articles aujourd'hui sur franceinfo, voici lesquels :

• Cette infographie sur la poussée de l'extrême droite en Europe depuis quinze ans.

Ce récit aux premières loges de la première journée du procès de Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale.

Ce reportage à Calais où les entrepreneurs sont excédés par les conséquences de la crise des migrants.

22h17 : Une déflagration, et beaucoup de doutes. Au premier jour de son procès, Jérôme Cahuzac a surpris tout le monde en expliquant qu'il avait ouvert un compte en Suisse pour y recevoir des fonds destinés à l'activité politique de Michel Rocard. Je vous résume cette première audience explosive dans cet article.

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, le 5 septembre 2016 à Paris.

(PHILIPPE LOPEZ / AFP)

19h36 : La première journée du procès de Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale vient de s'achever. Voici les derniers moments de l'audience avec notre journaliste sur place.

19h13 : Le chirurgien esthétique Jérôme Cahuzac a reçu de l'argent des laboratoires Pfizer en 1993 sur son compte en Suisse. Celui qui venait de quitter le cabinet du ministre de la Santé Claude Evin était-il payé pour faire du lobbying ? L'accusé se défend.

19h04 : Bonsoir @anonyme, je vais tenter de vous aider. L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac a déclaré cet après-midi, lors de la reprise de son procès, que le premier compte ouvert en Suisse en 1992 était destiné "au financement d'activités politiques" au profit de l'ex-Premier ministre socialiste Michel Rocard.

Jérôme Cahuzac se dit "certain que Michel Rocard ignorait tout" de ce financement occulte. Et il refuse de donner les noms de ses interlocuteurs au sein de l'équipe de l'ancien Premier ministre. Michel Rocard, lui, est mort début juillet.

Cet argent devait "servir à financer" la campagne législative de 1993. Les rocardiens du Parti socialiste espéraient aussi que Michel Rocard se présente à la présidentielle de 1995. A l'époque, le financement des partis politiques commençait tout juste à être régulé.

19h00 : Bonsoir, je ne comprends rien aux revelations de Jérôme Cahuzac. Pouvez vous m'aider ? Merci !

18h16 : Le procès de Jérôme Cahuzac tourne maintenant autour de la bombe qu'il a lâchée cet après-midi : l'ouverture de son premier compte en Suisse aurait servi à financer les activités politiques de Michel Rocard.

17h41 : Retour en 2012 au procès de Jérôme Cahuzac qui avait fini par reconnaître détenir un compte à l'étranger. L'ancien ministre évoque sa défense au moment ou Mediapart révèle l'information.

17h24 : Après son aveu inédit, Jérôme Cahuzac revient sur le financement présumé de la vie politique française par le lobby pharmaceutique.

17h18 : C'est une petite bombe que vient de lâcher Jérôme Cahuzac. L'ancien ministre, qui avait reconnu détenir un compte à l'étranger, comparaît pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et pour avoir minoré sa déclaration de patrimoine. Il vient d'expliquer que son compte en Suisse a été ouvert en 1992 et a servi au financement des activités politiques de Michel Rocard, c'est-à-dire après sa sortie de Matignon.



(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCEINFO)

17h00 : Sommé de s'expliquer sur l'ouverture de son compte en Suisse, Jérôme Cahuzac fait un aveu inédit. L'ancien ministre explique que les sommes versées sur ce compte étaient destinées au "financement d'activité politique pour Michel Rocard".

16h26 : Si vous n'avez pas suivi l'affaire Cahuzac ou si vous avez besoin d'une piqûre de rappel, en voici un résumé en images. L'ancien ministre doit comparaître jusqu'au 15 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour fraude fiscale et blanchiment.




(FRANCEINFO)