Affaire Cahuzac : la colère des blogueurs de gauche

"Attentat-suicide", "boulevard à tous les populismes"... Après le séisme provoqué par les aveux de Jérôme Cahuzac, les blogs ne mâchent pas leurs mots. 

L\'ex-ministre du Budget, le 20 mars 2013.
L'ex-ministre du Budget, le 20 mars 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Après la stupeur, l'incompréhension et la colère, les blogueurs de gauche réclament du changement et de l'action. Tout comme les militants et les sympathisants socialistes, ces commentateurs et observateurs de la vie politique consacrent leurs derniers posts à l'affaire Cahuzac. En voici une sélection, entre coups de gueule et idées pour aider le gouvernement à rebondir.

"Faut-il dissoudre l'assemblée nationale ou le gouvernement ?" s'interroge l'auteur du blog Sarkofrance, électeur de gauche et antisarkozyste. Passée la colère, il imagine la suite des évènements et liste les arguments qui pourraient conduire à une dissolution : un simple remaniement gouvernemental ne suffira sans doute pas, l'équipe de François Hollande est "rincée", et les "solutions" au redressement du pays pourraient être trouvées à l'extérieur du gouvernement et de sa majorité.

Mais cet observateur ne s'enflamme pas : "Non, la dissolution n'aura pas lieu." Hollande n'a aucun intérêt à la décider et la droite n'est pas en ordre de marche pour un tel scrutin. Selon lui, il faut "reprendre le cours de l'action politique, éviter de courir contre le buzz, résister aux chamailleries, ne pas les provoquer. Il faut aussi, et surtout, quelques signaux forts pour éviter l'accumulation inefficace des signaux faibles."

"Un congrès extraordinaire du PS"

Un grand coup de pied dans la fourmilière. C'est ce que réclame Marc Vasseur, ancien élu PS du Nord. Tutoyant son lecteur, il l'appelle à prendre ses responsabilités et propose d'organiser un "Congrès Extraordinaire pour remettre à plat le parti tant dans son fonctionnement que dans ses aspirations économiques, sociales, environnementales". Et il prévient que dans cette reconstruction, il ne faudra pas compter sur les dirigeants actuels du parti, qu'il accuse de clientélisme : "Ils ont trop à faire en ce moment, c’est la survie de leur caste qui est en jeu."

"Un boulevard à tous les populismes"

"La politique est moribonde." C'est le constat désabusé dressé par Jean-Marie Darmian, maire PS de Créon en Gironde, qui a décidé début mars de ne pas se représenter en 2014. Dans son post de blog intitulé "Cahuzac m'a tuer", il souhaite bien du courage à ceux "qui vont mener des combats sur leur territoire au nom de certaines valeurs réputées de gauche". Selon lui, ce mensonge de Jérôme Cahuzac est "un véritable attentat-suicide" et qu'il a ouvert "un boulevard à tous les populismes". "Il entraîne dans sa chute la cordée gouvernementale, les députés PS, les gens qui comme moi avaient encore conservé un espoir que les faits démentent ce qui paraissait incroyable."

Une opportunité pour lutter contre les fraudes fiscales

"Tous pourris ? Non", martèle Seb Musset sur son blog Tout est politique. Plutôt que de revenir sur les mensonges de l'ancien ministre du Budget et d'accabler toute la classe politique, cette affaire est, selon l'auteur, "l'opportunité idéale pour reparler de ce sport national du bourgeois qu'est la fraude fiscale et d'enfin y remédier." Si François Hollande veut "sauver l'honneur d'un gouvernement fort mal barré, qu'il entame sur le champ une vraie lutte contre la fraude fiscale". Il conseille ainsi au président de la République d'embaucher des inspecteurs des impôts et de multiplier les contrôles pour récupérer quelques milliards parmi les 30 à 45 qui échappent au fisc chaque année.