VIDEO. Affaire Tapie : "J'ai toujours agi conformément à la loi", assure Christine Lagarde

L'ancienne ministre de l'Economie a gardé le statut de témoin assisté à l'issue de sa confrontation avec son ex-directeur de cabinet à Bercy, dans l'enquête sur l'arbitrage controversé en faveur de Bernard Tapie.

FRANCE 2

Christine Lagarde est restée près de douze heures dans le bureau des juges de la Cour de justice de la République qui instruisent le dossier de l'arbitrage controversé en faveur de Bernard Tapie. L'ancienne ministre de l'Economie y a été confrontée à son ex-directeur de cabinet, Stéphane Richard, qui dirige aujourd'hui Orange. L'actuelle directrice générale du FMI est sortie de cette confrontation, mercredi 19 mars au soir, avec le statut de témoin assisté, sous lequel elle est placée depuis mai.

"Elle gouvernait, il exécutait"

Cela "m'a permis de confirmer mes déclarations précédentes dans un climat serein et courtois", a dit à la presse Christine Lagarde à l'issue de cette confrontation qui, selon elle, "démontre que j'ai toujours agi dans l'intérêt de l'Etat et conformément à la loi".

"Elle gouvernait, il exécutait", a-t-on expliqué dans l'entourage du patron d'Orange après le face-à-face. Selon cette source, "Christine Lagarde a reconnu avoir pris les décisions" conduisant à l'arbitrage mettant fin au litige entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais sur la revente d'Adidas, et "que Stéphane Richard les a loyalement mises en œuvre"Dans le volet non ministériel du dossier, Stéphane Richard a été mis en examen par les juges qui le soupçonnent notamment de ne pas avoir suffisamment informé sa ministre.

L\'ex-ministre de l\'Economie Christine Lagarde arrive à la Cour de Justice de la République, le 19 mars 2014 à Paris, pour une confrontation dans le cadre de l\'affaire Tapie.
L'ex-ministre de l'Economie Christine Lagarde arrive à la Cour de Justice de la République, le 19 mars 2014 à Paris, pour une confrontation dans le cadre de l'affaire Tapie. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)