"Le cancer, ça veut dire la mort", témoigne Bernard Tapie, malade

L'homme d'affaires, qui a révélé sa maladie à l'automne, se confie longuement dans les colonnes du "Point".

Bernard Tapie, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 15 novembre 2013. 
Bernard Tapie, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 15 novembre 2013.  (BORIS HORVAT / AFP)

"J'ai plein de projets dans la tête et, si la chimio ne me met pas KO, j'ai bien l'intention de continuer." Nos confrères du Point publient une longue interview de Bernard Tapie, mercredi 7 mars. Atteint d'un cancer depuis cet automne, l'homme d'affaires se confie sur sa maladie, mais pas seulement. Il parle aussi de la mort... et de la vie. 
Il revient d'abord sur son entretien accordé au journaliste Laurent Delahousse en novembre dernier. Après son passage sur France 2, il révèle avoir reçu "près de 5 000 lettres venant de malades ou de gens qui fréquentent ou travaillent avec des malades"Aujourd'hui, il dit aller "comme quelqu'un sur qui les effets de l'opération sont encore très violents." Il a perdu "énormément de poids", et a "beaucoup de mal à [s]e nourrir."

En tout cas, je ne baisse pas les bras. Je n'ai finalement que 75 ans…Bernard Tapieau Point

Le cancer ? "C'est le match de ma vie. Mais je ne suis pas sûr de le gagner. " Avant d'ajouter : "Le cancer, ça veut dire la mort. C'est de toute façon une longue maladie dont on craint l'issue." Bernard Tapie reconnaît voir la vie différemment désormais. Et tient à adresser un message à tous ceux qui voudront bien l'écouter. 

Quand tu as la santé et qu'autour de toi ils l'ont aussi, putain, chaque jour qui se lève, c'est une fête ! C'est une vraie fête ! Va au boulot heureux.Bernard Tapieau Point