VIDEO. "Il faut lui foutre la paix" : dans la circonscription de Richard Ferrand, les avis sur l'affaire divergent

Alors que le parquet de Brest a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire, jeudi, Emmanuel Macron s'est rendu dans le Morbihan.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Tout sourire, Emmanuel Macron est en déplacement à Lorient (Morbihan), jeudi 1er juin. Et si le président de la République refuse de commenter l'ouverture d'une enquête préliminaire visant le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, les badauds sont plus bavards.

>> Réactions, analyse... Suivez notre direct sur l'affaire Richard Ferrand

"Les affaires, il y en a beaucoup trop. (...) Sincièrement, s'il était intègre, il démissionnerait", estime un homme, interrogé par France 2 à Lorient. "C'est un monsieur qui avait possibilité à une époque de faire ce genre de transactions. Cela a été fait honnêtement. Pour moi, il n'y a pas de souci particulier", raconte un autre.

"La justice fait son boulot"

Dans la circonscription de Richard Ferrand, à quelques kilomètres de là, un sentiment de déception domine. "On a ouvert une enquête pour Monsieur Fillon, on ouvre une enquête pour Monsieur Ferrand. Pour tout le monde, c'est la même chose", se satisfait une femme.

"Jusqu'à présent, je pensais que ça relevait de la sphère privé, maintenant je trouve que le cumul ça fait quand même un peu beaucoup", dit un habitant de la région. "La justice fait son boulot et puis il faut la laisser faire. On verra bien. En attendant, il faut lui foutre la paix", tonne un autre.

Un homme sur le marché de Plougastel (Finistère), le 1er juin 2016.
Un homme sur le marché de Plougastel (Finistère), le 1er juin 2016. (FRANCE 2)