Procès dans l'affaire Karachi : une "première victoire" pour l'avocat des victimes

"Des protagonistes pourraient dire des choses extrêmement compromettantes pour ceux qui étaient au pouvoir lorsque cet attentat a eu lieu", a expliqué maître Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi.

L\'avocat Olivier Morice, à la Cour européenne des droits de l\'homme, le 23 avril 2015 à Strasbourg.
L'avocat Olivier Morice, à la Cour européenne des droits de l'homme, le 23 avril 2015 à Strasbourg. (PATRICK HERTZOG / AFP)

"C’est une première victoire", s'est félicité dimanche 3 mars sur franceinfo Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, alors que s'ouvrira en octobre un premier procès. Des protagonistes du financement de la campagne d'Édouard Balladur comparaîtront pour abus de bien sociaux. L'avocat souligne également la "pugnacité des familles" des victimes de l'attaque, qui avait fait 14 morts en 2002.

franceinfo : Êtes-vous satisfait de l’annonce de ce premier procès ?

Olivier Morice : C’est une première victoire. Je rappelle que lorsque nous avons déposé plainte en 2009 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le procureur de la République de Paris s’était empressé d’expliquer que ce dossier n’aboutirait pas, qu’il n’y avait pas eu de rétrocommission. Et que de toute manière, s’il y avait quelque chose, les faits étaient prescrits.

Aujourd’hui, nous avons énormément avancé, grâce la pugnacité des familles. Ce procès va se dérouler à partir du mois d’octobre, il a fallu batailler dur et ferme pour éviter toutes les procédures qui ont été mises en place pour retarder ce procès et la tenue de cette audience. Les véritables responsabilités ne se tiendront pas exclusivement devant le tribunal correctionnel, puisqu’Édouard Balladur et François Léotard sont également mis en examen par la Cour de justice de la République et nous espérons qu’un jour le Premier ministre, qui va bientôt avoir 90 ans, puisse enfin répondre devant la justice des faits qui lui sont reprochés.

Ce procès d’octobre va-t-il servir à déterminer des responsabilités dans cet attentat ?

Ce que nous dénonçons, c’est le fait que des rétrocommissions sont susceptibles d’avoir permis le financement de la campagne d’Édouard Balladur. L’arrêt du versement de ces commissions, décidé par Jacques Chirac, aurait pu avoir des conséquences sur la décision prise par des commanditaires de faire des représailles et de toucher des salariés français, pour signaler à la France qu’elle n’avait pas tenu sa parole. Ce que nous dénonçons aussi à travers cette procédure, c’est le fait que l’État n’ait pas mis tout en œuvre pour que les commanditaires et les exécutants de cet attentat absolument odieux puissent être jugés devant la justice.

Vous attendez des juges qu’ils fassent ressortir certaines évidences ?

Oui, nous attendons aussi peut-être que certaines voix se délient. Par exemple monsieur Takieddine, qui fait partie des six personnes renvoyées devant le tribunal correctionnel, aurait beaucoup de choses à dire. Des protagonistes pourraient dire des choses extrêmement compromettantes pour ceux qui étaient au pouvoir lorsque cet attentat a eu lieu.