DIRECT. Affaire Karachi : Edouard Balladur devant la justice pour le financement de sa campagne de 1995

Plus de vingt-cinq ans après la campagne malheureuse d'Edouard Balladur à la présidentielle, l'ancien Premier ministre fait face à la justice dans ce volet de la tentaculaire affaire Karachi.

Edouard Balladur et François Léotard, le 15 novembre 1994 à Paris.
Edouard Balladur et François Léotard, le 15 novembre 1994 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Y a-t-il eu financement occulte de la campagne malheureuse d'Edouard Balladur à la présidentielle de 1995 ? Plus de vingt-cinq ans après, l'ancien Premier ministre fait face à la justice, mardi 19 janvier, dans ce volet de la tentaculaire affaire Karachi. Edouard Balladur est accusé d'avoir été derrière un système de rétrocommissions illégales sur d'importants contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan, destinées à renflouer ses comptes de campagne dans une élection marquée par la guerre fratricide à droite avec Jacques Chirac. Suivez notre direct.

"Complicité d'abus de biens sociaux". Edouard Balladur doit être jugé jusqu'au 11 février devant la Cour de justice de la République (CJR) aux côtés de son ancien ministre de la Défense François Léotard pour "complicité d'abus de biens sociaux", l'ex-Premier ministre comparaissant également pour "recel" de ce délit.

 Les deux hommes présents au procès. Edouard Balladur, 91 ans, sera présent à l'ouverture du procès, a assuré à l'AFP l'un de ses avocats. D'après Félix de Belloy, "il veut faire face à ses juges et répondre à leurs questions". François Léotard, 78 ans, qui a un temps fait savoir qu'il était malade, devrait finalement venir et "se défendre lui-même", ont indiqué des sources judiciaires.

Sept mois après un autre procès. Le dossier arrive devant la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour des infractions commises pendant leur mandat, sept mois après les sévères condamnations dans le volet non gouvernemental de la même affaire. Les proches d'Edouard Balladur ne pouvaient ignorer "l'origine douteuse" des fonds versés sur les comptes de la campagne de 1995, avait estimé le tribunal correctionnel de Paris en juin.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #KARACHI

20h02 : Il est 20 heures, voici un un nouveau point sur l'actualité de ce mardi 19 janvier :

Difficile de s'y retrouver, alors on vous explique pourquoi certains masques en tissu sont désormais déconseillés.


• Edouard Balladur était aujourd'hui devant la Cour de justice de la République. L'ancien Premier ministre est jugé pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995 dans l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi.

• Pour la première fois en trois ans, Jean-Marc Reiser reconnaît son implication dans la mort de Sophie Le Tan. L'étudiante de 20 ans avait disparu en septembre 2018 dans la banlieue de Strasbourg.

• La France va "ajuster son effort" militaire au Sahel, vient d'annoncer Emmanuel Macron, lors de la cérémonie des vœux aux Armées, depuis Brest. Le chef de l'Etat n'a en revanche pas précisé l'ampleur, ni le calendrier, de cet ajustement.

Surmortalité, chute de l'espérance de vie, recul des mariages… L'Insee publie son bilan démographique marqué, sans surprise, par la pandémie de Covid-19.

18h09 : Il est 18 heures, voici un un nouveau point sur l'actualité de ce mardi 19 janvier :

• Edouard Balladur est devant la Cour de justice de la République depuis la mi-journée. L'ancien Premier ministre est jugé pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995 dans l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi.

• Pour la première fois en trois ans, Jean-Marc Reiser reconnaît son implication dans la mort de Sophie Le Tan. L'étudiante de 20 ans avait disparu en septembre 2018 dans la banlieue de Strasbourg.

• La France va "ajuster son effort" militaire au Sahel, vient d'annoncer Emmanuel Macron, lors de la cérémonie des vœux aux Armées, depuis Brest. Le chef de l'Etat n'a en revanche pas précisé l'ampleur, ni le calendrier.


Le ministère de la Santé annonce que 139 cas d'effets indésirables graves ou inattendus ont été recensés en France depuis le début de la campagne de vaccination en France. Suivez notre direct.


Surmortalité, chute de l'espérance de vie, recul des mariages… L'Insee publie son bilan démographique marqué, sans surprise, par la pandémie de Covid-19.

17h40 : Scène assez surréalise à la Cour de justice de la République... où l'avocat d'Edouard Balladur estime que son client ne peut pas rester beaucoup plus longtemps dans la salle d'audience. L'ancien Premier ministre est aujourd'hui âgé de 91 ans.

16h35 : Un crochet par la Cour de justice de la République où l'audience se poursuit J'en profite pour vous glisser ce dessin d'Elisabeth Pourquery. Vous aurez reconnu Edouard Balladur à gauche, et François Léotard à droite.






(ELISABETH POURQUERY)

14h53 : Un crochet par la Cour de justice de la République justement, où Edouard Balladur et François Léotard comparaissent depuis 14 heures. On notera que ce dernier n'a pas d'avocat. "Il s'agit de mon honneur. Je le défendrai moi-même", a déclaré l'ex-ministre de la Défense en début d'audience.

14h07 : Direction la Cour de justice de la République justement, où l'ancien Premier ministre, aujourd'hui âgé de 91 ans, est arrivé entouré des caméras et des micros.

14h09 : Le procès d'Edouard Balladur s'est ouvert, comme prévu à 14 heures, devant la Cour de justice de la République, à Paris. Suivez notre direct.

14h07 : Il est 14 heures, voici un un nouveau point sur l'actualité :

• Pour la première fois en trois ans, Jean-Marc Reiser reconnaît son implication dans la mort de Sophie Le Tan. La jeune étudiante de 20 ans avait disparu en septembre 2018 dans la banlieue de Strasbourg.

Surmortalité, chute de l'espérance de vie, recul des mariages… L'Insee publie son bilan démographique marqué, sans surprise, par la pandémie de Covid-19.

• Edouard Balladur a rendez-vous devant la Cour de justice de la République cet après-midi. L'ancien Premier ministre est jugé pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995 dans l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi.

13h05 : Edouard Balladur et François Léotard ont rendez-vous devant la justice cet après-midi. Plus de 25 ans après, l'ancien Premier ministre (91 ans) et son ex-ministre de la Défense (78 ans) comparaissent devant la Cour de justice de la République dans le volet financier de l'affaire Karachi. A une heure du début de l'audience, notre journaliste Anne Brigaudeau vous résume ce dossier.




12h08 : A midi, voici un un nouveau point sur l'actualité

"La quasi totalité des masques industriels grand public restent valables", a indiqué Olivier Véran, à la suite d'une recommandation du Haut Conseil de la santé qui vise à faire face au développement du variant britannique du Covid-19. "En revanche le masque artisanal qu'on fabrique chez soi (...) n'offre pas nécessairement toutes les garanties nécessaires", a ajouté le ministre de la Santé.

• Le système de prise de rendez-vous pour la vaccination va être amélioré, a par ailleurs annoncé Olivier Véran. Toutes les personnes qui ne trouvent pas de créneaux disponibles seront recontactées, promet le ministre. Pour l'heure, "deux millions de rendez-vous de vaccination ont été donnés". Suivez notre direct.

"Une trentaine d'écoles" et "une centaine de classes" sont en ce moment fermées en raison de cas de Covid-19, indique Jean-Michel Blanquer sur franceinfo. Un chiffre qui "risque d'augmenter un peu ces prochains jours", selon le ministre de l'Education.

• L'ancien Premier ministre Edouard Balladur débutera en début d'après-midi devant la Cour de justice de la République pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995 dans l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi.

10h03 : Bonjour @bibsdamjuke59. Jugé pour "complicité d'abus de biens sociaux", Edouard Balladur, tout comme François Léotard, risque jusqu'à cinq ans de prison. Jusqu'ici, la Cour de justice de la République, qui fait l'objet de critiques récurrentes pour sa lenteur et sa clémence, n'a jamais condamné de ministres à des peines de prison ferme, comme l'explique l'article de notre journaliste Anne Brigaudeau que je vous invite à lire.

09h51 : Bonjour Alice, Que risque Balladur, âgé de 92 ans pour des faits datant de plus de 25 ans ?🤔Ftvi tjr au top depuis des années. Merci pour votre abnégation

09h28 : Il est un peu plus de 9 heures, voici un nouveau point sur l'actualité

"Tous les masques dont le pouvoir filtrant est filtrant à 90% restent valides", a indiqué Olivier Véran, à la suite d'une recommandation du Haut Conseil de la santé qui vise à faire face au développement du variant britannique du Covid-19. Cela concerne "la quasi totalité des masques industriels grand public", selon le ministre de la Santé.

• Le système de prise de rendez-vous pour la vaccination va être amélioré, a par ailleurs annoncé Olivier Véran. Toutes les personnes qui ne trouvent pas de créneaux disponibles seront recontactées, promet le ministre. Pour l'heure, "deux millions de rendez-vous de vaccination ont été donnés". Suivez notre direct.

"Une trentaine d'écoles" et "une centaine de classes" sont en ce moment fermées en raison de cas de Covid-19, indique Jean-Michel Blanquer sur franceinfo. Un chiffre qui "risque d'augmenter un peu ces prochains jours", selon le ministre de l'Education.

• L'ancien Premier ministre Edouard Balladur est jugé à partir d'aujourd'hui devant la Cour de justice de la République pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995 dans l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi.

07h44 : "La tenue du procès" du volet financier de l'affaire Karachi à partir de cet après-midi devant la Cour de Justice de la République est déjà "une première victoire", a déclaré sur franceinfo Olivier Maurice, avocat des familles de victimes de l'attentat en 2002. Pour tout savoir sur cette affaire et le procès prévu pour durer jusqu'au 11 février, vous pouvez consulter l'article de notre journaliste Anne Brigaudeau.

07h21 : Accusé de "complicité d'abus de biens sociaux", l'ancien Premier ministre devra répondre, tout comme son ancien ministre de la Défense François Léotard, des accusations de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995. Une part des commissions sur des contrats d'armement aurait alimenté, de façon illégale et cachée, les caisses de campagne balladuriennes.



(GERARD FOUET / AFP)

07h48 : L'enquête sur les commissions versées dans le cadre des contrats d'armement a fait suite à un attentat commis au Pakistan. Le 8 mai 2002, à Karachi, 11 employés français de la Direction des constructions navales sont tués dans un attentat. Les Français venaient visiter le chantier où devait être construit un sous-marin vendus par la France au Pakistan. L'attaque ne sera jamais revendiquée, les auteurs et les commanditaires n'ont toujours pas été identifiés.

07h18 : Un quart de siècle s'est écoulé depuis la présidentielle de 1995 et la guerre fratricide qui a opposé, à droite, Jacques Chirac et Edouard Balladur. Le premier est mort en 2019. A 91 ans, le second comparaît, à partir d’aujourd’hui, devant la Cour de justice de la République, dans le volet financier de l'affaire Karachi. On vous résume ce dossier.

07h16 : Commençons par un premier point sur l'actualité de la journée

La France fait-elle déjà face à une pénurie de vaccins ? Alors que plus de 800 centres sont prêts partout en France pour le début de la campagne de vaccination grand public, les doses de vaccins se font parfois attendre sur le terrain. "Nous n'avons pas de vaccins ou de stocks cachés", a assuré hier soir Jean Castex.

L'ancien Premier ministre Edouard Balladur est jugé à partir d'aujourd'hui devant la Cour de justice de la République pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995 dans l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi.

Donald Trump a annoncé hier la réouverture des frontières américaines aux ressortissants européens de l'espace Schengen, aux Britanniques, aux Irlandais ainsi qu'aux Brésiliens à compter du 26 janvier. Une information rapidement contredite par l'équipe de Joe Biden, qui sera officiellement investi demain.