Affaire Karachi : la Cour de cassation confirme le renvoi devant le tribunal de six protagonistes du volet financier de l'affaire

Les familles de victimes de l'attentat de Karachi, qui avait fait 15 morts dont 11 Français en 2002, pourront se porter parties civiles, a tranché la justice.

L\'homme d\'affaires franco-libyen Ziad Takieddine à son arrivée au siège de l\'office anticorruption de la police, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 17 novembre 2016.
L'homme d'affaires franco-libyen Ziad Takieddine à son arrivée au siège de l'office anticorruption de la police, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 17 novembre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

La perspective d'un procès dans l'affaire Karachi se rapproche. La Cour de cassation a confirmé, mardi 11 juillet, le renvoi en correctionnelle de six personnes pour "abus de biens sociaux" et "recel" dans le volet financier de cette affaire à tiroirs. Parmi eux, l'intermédiaire Ziad Takieddine ou encore Nicolas Bazire, l'ancien directeur de campagne d'Edouard Balladur en 1995. L'enquête porte sur des soupçons de financement occulte de la campagne d'Edouard Balladur à la présidentielle de 1995, via de possibles rétrocommissions sur des contrats d'armement avec le Pakistan et l'Arabie saoudite.

"On peut espérer un procès en 2018"

Les six personnes poursuivies, pour abus de biens sociaux et recel, sont Nicolas Bazire, ex-directeur de campagne d'Edouard Balladur et aujourd'hui dirigeant du groupe de luxe LVMH ; Renaud Donnedieu de Vabres, ex-conseiller du ministre de la Défense François Léotard ; Thierry Gaubert, alors membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy ; Dominique Castellan, ancien patron de la branche internationale de la DCN ; l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine et l'intermédiaire Abdul Rahman Al Assir.

"On peut espérer un procès en 2018, huit ans après la plainte déposée par les parties civiles", explique une source proche du dossier à l'AFP. Un seul point de procédure reste à trancher, concernant l'étendue des faits pour lesquels Nicolas Bazire est renvoyé.

La Cour de cassation a refusé de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité déposée par certains des mis en examen, qui soutenaient que les faits étaient prescrits.

Les six hommes avaient déjà été renvoyés en correctionnelle en juin 2014, après trois ans d'enquête, mais la Cour de cassation avait demandé, en février 2016, le réexamen du dossier par la cour d'appel de Lyon. En janvier 2017, celle-ci avait renvoyé les six personnes poursuivies en correctionnelle, décision confirmée mardi par la Cour de cassation.

L'un des trois volets judiciaires de l'affaire Karachi

Dans son arrêt, la haute juridiction a également déclaré recevable la constitution de parties civiles des familles des victimes de l'attentat du 8 mai 2002, qui avait fait 15 morts, dont 11 ouvriers français de la Direction des constructions navales (DCN). Cet attentat pourrait être lié à la fin du versement par la France de rétrocommissions à des responsables pakistanais. C'est en enquêtant dessus que la justice a mis à jour les soupçons de financement occulte. 

Outre le volet financier et le volet terroriste, il existe un volet ministériel de l'affaire, car les cas d'Edouard Balladur et de François Léotard, alors respectivement Premier ministre et ministre de la Défense, relèvent de la Cour de justice de la République. En mai, on avait appris la mise en examen d'Edouard Balladur.