Affaire Baupin : EELV salue "le courage des militantes qui ont brisé la loi du silence"

Plusieurs responsables et élues d'Europe Ecologie-Les Verts accusent le député Denis Baupin de gestes déplacés assimilables à du harcèlement ou des agressions sexuelles.

Denis Baupin participe à une réunion électorale, le 9 décembre 2015, à Créteil (Seine-Saint-Denis).
Denis Baupin participe à une réunion électorale, le 9 décembre 2015, à Créteil (Seine-Saint-Denis). (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Denis Baupin dans la tourmente. Le vice-président de l'Assemblée nationale a présenté sa démission, lundi 9 mai, mais "conteste" tout harcèlement sexuel, après des accusations de plusieurs victimes présumées. Il "envisage" de porter plainte pour diffamation, selon son avocat.

Une enquête de Mediapart et France Inter. Après des semaines d'enquête, Mediapart et France Inter ont révélé plusieurs témoignages d'élues écologistes, qui mettent en cause publiquement Denis Baupin pour harcèlement et agressions sexuelles. Denis Baupin est, depuis 2015, le mari d'Emmanuelle Cosse, l'actuelle ministre du Logement.

L'élu dément. Dans un communiqué, Denis Baupin "conteste fondamentalement l'idée de harcèlement sexuel et plus encore d'agression sexuelle, lesquels lui sont totalement étrangers".

EELV salue "le courage des militantes qui ont brisé la loi du silence". Dans un communiqué, Europe Ecologie-Les Verts a dit, lundi, "espérer que le courage des lanceuses d'alerte soit contagieux et que la parole se libère à l'encontre de tous les harceleurs et agresseurs que ce soit en politique ou plus généralement".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BAUPIN

23h40 : A son tour, Aurore Bergé, conseillère d'agglomération raconte "une scène de la vie politique." : "Je suis accueillie par un 'quand je te vois, j'ai envie de te faire un Baupin". (...) Un autre élu enchaîne avec 'quand on voit Aurore, on a le bâton de berger."

23h38 : Une élue Les Républicains salue le courage des femmes qui ont dénoncé les agressions sexuelles dont elles ont été victimes. "Je mesure le courage qu'il a fallu à ces femmes pour prendre la parole. Ils ne changeront peut être pas mais nous oui. On parlera", écrit-elle.

23h06 : Quelle sera sa réaction à Lelouche quand il se fera mettre une main au panier dans un couloir de l'assemblée ? C'est une affaire d'hommes ?

23h06 : Ce sont vraiment des politiques à ne pas réélire. Peut importe droite ou gauche, mais de tels comportements, de tels propos sont odieux. Il faut que cela se sache et qu'ils soient sanctionnés par les électeurs. Plus ils se croient grands, plus ils sont petits et minables.

23h05 : Notre classe politique a un sacré problème. Pas seulement Lellouche.

23h04 : Si si @Alors!, nous en avons déjà parlé dans ce live. Votre commentaire me donne l'occasion de l'évoquer à nouveau. Par ailleurs, vous réagissez toujours aux propos du député de Paris, Pierre Lellouche qui ne commente pas les "affaires de bonnes femmes".

23h02 : Baupin par ci, Baupin par là et pas un mot sur la pétition pour lever l'omerta sur les violences sexuelles en politique lancée par Caroline de Haas !

22h42 : Carton rouge à Lellouche : encore une intervention sexiste dans la mesure où ce sont les femmes qui, une fois de plus, apparaissent comme la cause des problèmes dont elles sont victimes !

22h42 : Harcèlements sexuels, des histoires de bonnes femmes...c'est pas franchement le genre de discours qu'on pourrait attendre d'un élu. Pas sûr que monsieur Lellouche récupère des voix de "bonnes femmes" après cela.

22h41 : Bravo Mr Lellouche: quelle classe ! Il habite dans quel monde pour considérer que le harcèlement et agression c'est une histoire de bonne femme !!!😡😡😡

22h41 : Dans les commentaires vous réagissez à la phrase lâchée par le député de Paris Pierre Lellouche au sujet des accusations à l'encontre de Denis Baupin. Interrogé par un journaliste sur l'affaire Baupin, il a rétorqué qu'il ne s'occupait pas "des histoires de bonnes femmes".

22h18 : "Je commente l'international, les choses sérieuses, pas les histoires de bonnes femmes.". Interrogé par un journaliste sur les accusations d'agressions sexuelles envers Denis Baupin, le député de la 1ère circonscription de Paris Pierre Lellouche a lâché ce commentaire, relaie Le Lab.

21h24 : Demain Libération consacre sa une aux accusations d'agressions sexuelles et de harcèlement à l'encontre de Denis Baupin. Des élues, militantes et responsables politiques demandent de lever l'omerta sur le harcèlement sexuel en politique.

19h52 : Après les révélations de France Inter et Mediapart concernant Denis Baupin, le conseiller de Paris écologiste Yves Contassot estime que tout n'a pas été fait au sein du parti pour lutter contre le harcèlement sexuel. Il l'explique à France 3 Paris Ile-de-France.

(FRANCE 3 PARIS ILE-DE-FRANCE)

19h36 : "Ce genre de pratiques est innommable et ça entache la vie politique. Il faut faire en sorte que ces logiques de prédation cessent. Les élus ont un devoir d'exemplarité, et l'impunité est insoutenable."


Le maire écologiste de Grenoble réagit à son tour sur France Bleu Isère aux accusations d'agression et harcèlement sexuels à l'encontre de Denis Baupin.

19h41 : Quatre femmes d'Europe Ecologie Les Verts témoignent contre Denis Baupin. Sandrine Rousseau, Isabelle Attard, Annie Lahmer et Elen Debost accusent l'élu de harcèlement et d'agressions sexuels. Elles ont bien voulu répondre aux questions de France Télévisions.

(FRANCE 3 ET FRANCE 2)

19h47 : "Si j'en avais entendu parler, on n'en serait pas là. Je suis un ami de Denis Baupin c'était l'un des mes assistants. Si des faits comme cela arrivent, on entend, on écoute et j'aurai immédiatement dit à mon ami Denis Baupin : 'tu déconnes, t'es dans une histoire passible de condamnation'."

Jean-Luc Bennahmias réagit sur France Bleu Breizh Izel aux accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles portées à l'encontre de Denis Baupin. "Jamais personne n'est venu me voir. Si jamais je l'avais su, l'organisation que je dirigeais aurait pris ses responsabilités et Denis Baupin aurait été contraint de démissionner croyez moi! " Le député dirigeait le parti des Verts entre 1997 et 2001.

17h53 : "Oui, je savais, pas tout, pas complètement. Autour d'un bon verre de vin, en soirées amicales, tour à tour, des camarades, pour certaines des amies, parlaient, se confiaient et je blêmissais."

Sur son blog, Jean-Sébastien Herpin s'exprime après les accusations de harcèlement sexuel visant le député écologiste Denis Baupin. "Notre parti doit faire corps, on pourrait dire qu'il s'agit d'une affaire personnelle. Non, elle fut collective, dans nos gènes, nos silences."

17h15 : "Les écologistes sont convaincus que seules la dénonciation systématique de tels actes et la mise en œuvre d'une réponse collective permettront de faire reculer ces comportements et de protéger les femmes."

Dans son communiqué, EELV annonce que le parti "entend mettre en œuvre de nouveaux dispositifs internes pour faciliter la libération de la parole, en accompagnant les personnes victimes de comportements répréhensibles".

17h07 : Dans un communiqué, Europe Écologie Les Verts "salue le courage des militantes qui ont brisé la loi du silence en apportant leurs témoignages accusant Denis Baupin d'agression et de harcèlement sexuels".

16h44 : "Penser que l'affaire Denis Baupin est isolée est une erreur : depuis plusieurs années, des hommes politiques ont été impliqués dans des affaires de violences machistes."

Les accusations de harcèlement sexuel visant le député Denis Baupin ont poussé l'association Osez le féminisme à réagir et à dénoncer le silence qui règne sur les violences machistes en politique. "Pour cinq affaires qui sortent publiquement, combien d'autres sont étouffées, dissimulées, condamnant les victimes au silence ?" s'interroge l'association.

15h52 : Quels sont les trois contenus que plébiscitent nos internautes cet après-midi ?

• Le direct dédié au passage de Mercure devant le soleil vous passionne.

L'histoire de l'adolescent qui a découvert une cité maya perdue vous intéresse toujours autant.

Le détail des accusations visant Denis Baupin, accusé de harcèlement sexuel, retient votre attention.

15h48 : Le député écologiste Denis Baupin est accusé de harcèlement et d'agression sexuelle par plusieurs femmes membres d'EELV. Parmi elles, Sandrine Rousseau, une des porte-parole du parti, et Elen Debost, élue écologiste, adjointe au maire du Mans (Sarthe). Elles ont témoigné devant la caméra de France 3 et de France 2.

(CLEMENT LE GOFF / FRANCE 2)


13h54 : En marge des accusations de harcèlement sexuel visant Denis Baupin, une pétition intitulée "Violences sexuelles en politique : levons l'omerta" a été mise en ligne ce matin. Adressée aux responsables politiques français, elle contient plusieurs demandes fortes, notamment celle d'obtenir des partis politiques qu'ils inscrivent dans leurs statuts qu'un responsable du parti ou élu auteur de violences sexuelles soit exclu.

13h33 : Internet n'oublie jamais. Et cet adage vient assombrir un peu plus le cas de Denis Baupin. Les Inrocks ont ainsi compilé 16 vieux tweets du député écologiste accusé de harcèlement sexuel qui prennent un sens bien différent aujourd'hui.

13h27 : "Monsieur Denis Baupin entend souligner que les allégations délictueuses, présentées comme prescrites, sont mensongères, diffamatoires et qu'elles ne reposent sur aucun fondement. Monsieur Denis Baupin conteste fondamentalement l'idée de harcèlement sexuel et plus encore d'agression sexuelle, lesquels lui sont totalement étrangers."

Sur le site internet de Denis Baupin, Emmanuel Pierrat, l'avocat du député écologiste accusé de harcèlement sexuel, annonce la démission de ce dernier de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale, et affirme que le parlementaire envisage "de saisir les juridictions compétentes afin de faire valoir ses droits contre toute atteinte qui serait constatée".

13h16 : Un mot revient avec insistance pour qualifier l'affaire Denis Baupin, le député écologiste accusé d'harcèlement sexuel : omerta. "Tout le monde savait", affirme Clémentine Autain, membre du Front de gauche sur France Info.

13h11 : Vous êtes nombreux à nous demander si Denis Baupin a également démissionné de son poste de député de Paris. S'il a bien annoncé qu'il quittait la vice-présidence de l'Assemblée, il n'a pas indiqué qu'il abandonnait son poste de parlementaire.

13h11 : Et démission de la fonction de député, qui va avec, non ?

13h11 : Est-ce-que le vice-président démissionnaire Denis Baupin restera député?

12h59 : Denis Baupin a présenté sa démission du poste de vice-président de l'Assemblée nationale.

12h58 : Denis Baupin "conteste" tout harcèlement sexuel et "envisage" de porter plainte pour diffamation, selon son avocat.

12h51 : Bartolone décide sans attendre les résultats de l'enquête? Je croyais qu'on était présumé innocent?

12h51 : Baupin doit démissionner.

12h51 : Les accusations de harcèlement et d'agression sexuelles, visant le député écologiste Denis Baupin, vous font réagir dans les commentaires, tout comme la demande de Claude Bartolone qui veut voir le vice-président démissionner de sa fonction à l'Assemblée.

12h42 : Dans son communiqué, Claude Bartolone explique avoir demandé à Denis Baupin, après l'avoir reçu ce matin, de "remettre sa démission de ses fonctions de vice-président de l'Assemblée nationale".

12h45 : Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, demande à Denis Baupin, accusé de harcèlement sexuel, de démissionner de la vice-présidence de l'Assemblée.

11h47 : "J'étais au courant qu'il avait un comportement assez lourdingue. (...) Emmanuelle Cosse a stoppé le débat."

Yves Contassot, élu EELV, met en cause la gestion d'Emmanuelle Cosse, épouse de Denis Baupin, après les accusations d'agressions sexuelles contre ce dernier.

11h23 : Interrogé par Le Figaro, le secrétaire national d'Europe-Ecologie-les Verts, David Cormand, demande à Denis Baupin de quitter la vice-présidence de l'Assemblée nationale. Pour rappel, Denis Baupin a quitté EELV le 18 avril.

10h49 : "J'ai été victime de harcèlement de la part de Denis [Baupin] dans les années 1999-2000. Denis est quelqu'un d'assez pressant et qui a du mal à admettre qu'on lui tienne tête."

Sur BFMTV, l'écologiste Annie Lahmer raconte que le député et vice-président de l'Assemblée nationale lui a couru après autour d'une table. Après qu'elle a refusé ses avances, il l'a menacée de n'avoir "jamais de poste dans ce parti".