L'ex-gendre de Patrick Balkany mis en examen pour "détournement de fonds publics", sa fille placée sous le statut de témoin assisté

Ils avaient été déférés vendredi au parquet de Nanterre à l’issue de leur garde à vue.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, le 27 mai 2020 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Dan Oiknine, ex-mari de Vanessa Balkany, a été mis en examen pour "abus de biens sociaux, blanchiment aggravé, recel d'abus de biens sociaux, de prise illégale d'intérêt et de détournement de fonds publics", a appris franceinfo de source judiciaire samedi 9 janvier. Il a été placé sous contrôle judiciaire. Quant à son épouse, Vanessa Balkany, fille de Patrick Balkany, elle a été placée sous le statut de témoin assisté.

Ils avaient été déférés vendredi au parquet de Nanterre à l’issue de leur garde à vue. Ils sont soupçonnés d'avoir utilisé de manière frauduleuse un centre d'affaires à Levallois-Perret.

Des locaux illégalement loués à diverses sociétés

L'affaire concerne la Semarelp, une société qui agissait pour le compte de la ville de Levallois-Perret. Entre 2008 et 2015, des locaux de cette société, n'étant pas censés être exploités, ont été loués à diverses sociétés, a expliqué le parquet de Nanterre.

L'enquête avait abouti le 20 novembre 2019 à une ouverture d'information judiciaire pour abus de biens sociaux, recel, faux et usage de faux, détournement de biens d'un dépôt public, blanchiment aggravé entre 2008 et 2017. Des entreprises appartenant à la fille de Patrick Balkany sont soupçonnées d'avoir bénéficié de ce local.

Deux anciens dirigeants de la Semarelp, un temps présidée par Patrick Balkany, ont déjà été mis en examen pour abus de biens sociaux, détournement de biens publics et prise illégale d'intérêt, avait indiqué vendredi le parquet de Nanterre. C'est dans le cadre de cette enquête que Patrick Balkany, ancien maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), avait été placé mercredi en garde à vue, avant d'être remis en liberté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.