A la reprise du procès Balkany, l'ancien bâtonnier de Paris étrille la réforme des retraites

Lors de la reprise du procès en appel des époux Balkany, mardi 17 décembre, l'ancien bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur, a fait une déclaration en solidarité avec le mouvement des avocats contre la réforme des retraites.

Pierre-Olivier Sûr, ancien bâtonnier de Paris et actuel avocat d\'Isabelle Balkany.
Pierre-Olivier Sûr, ancien bâtonnier de Paris et actuel avocat d'Isabelle Balkany. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Alors que le conseil national des barreaux a appelé les avocats à cesser le travail mardi 17 décembre, pour dénoncer la réforme des retraites voulue par le gouvernement, l'ancien bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur a fait une déclaration, mardi en début d'après-midi, lors de la reprise du procès en appel des époux Balkany, en solidarité avec ce mouvement de contestation.

L'avocat d'Isabelle Balkany a précisé que "le barreau de Paris est gréviste" mais que les avocats "plaideraient" tout de même ce mardi 17 décembre, étant donné la nature "hors norme" de ce procès "déjà audiencé dans un calendrier contraint".

Les avocats plaident au procès Balkany, mais "le barreau est gréviste"

"Le barreau est gréviste. Le gouvernement remet en question nos retraites", a expliqué Pierre-Olivier Sur au début de l'audience, évoquant "la caisse de retraites spécifique aux avocats qui a constitué une réserve de deux milliards d'euros". "Nous n'entendons pas nous faire exproprier", a ajouté Pierre-Olivier Sur.

"La réforme voudrait une multiplication par deux du montant de nos cotisations. Cela mettrait en péril bon nombre de nos jeunes confrères", a expliqué le bâtonnier de Paris. "C'est la raison pour laquelle le barreau est gréviste, mais comme ce procès est hors norme et déjà audiencé dans un calendrier contraint, nous plaiderons", a ajouté Pierre-Olivier Sur.