Cet article date de plus de huit ans.

Soupçonné de conflit d'intérêts, Aquilino Morelle déjà mis sur la touche

L'administration n'a trouvé aucune trace de demande d'autorisation pour une activité avec des laboratoires pharmaceutiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Aquilino Morelle, le 3 mai 2012, alors qu'il était chargé d'écrire le programme de François Hollande pour la campagne présidentielle. (FRED DUFOUR / AFP)

Aquilino Morelle n'a plus beaucoup d'amis au PS, vendredi. Le conseiller de François Hollande, soupçonné de conflit d'intérêts dans un article de Mediapart publié jeudi, est déjà mis à l'écart par l'Elysée. Le communiqué de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) publié vendredi 18 avril confirmant les informations de Mediapart, ne va pas arranger ses affaires. L'administration n'a trouvé aucune trace de demande d'autorisation pour une activité avec des laboratoires pharmaceutiques.

François Hollande est encore "traumatisé par l'affaire Cahuzac l'an dernier", selon un de ses amis contacté par Le Parisien. Cela explique peut-être pourquoi le président a décidé très vite d'ostraciser Aquilino Morelle, en le dissuadant de contacter l'AFP pour répondre à Mediapart, le poussant à réagir en son nom propre et non en tant que conseiller de l'Elysée, sur sa page Facebook, précise le quotidien.

"Il faut amputer, sinon c'est le risque de gangrène"

François Hollande va-t-il sacrifier son bras droit ? "Il faut amputer, sinon c'est le risque de gangrène", explique un conseiller ministériel au Parisien. Vendredi matin, le nouveau premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis donne un avis bien tranché : "Si ce qui est dit est vérifié, je ne vois pas comment il peut rester." Et plusieurs députés socialistes ont déjà réclamé sa démission.

"Vous ne pouvez pas avoir autant de paires de chaussures"

Aquilino Morelle est aussi moqué pour son train de vie de "petit marquis". Mediapart décrit ses trente paires de chaussures (sur mesure), qu'il aurait fait cirer dans un salon de l'Elysée, privatisé pour l'occasion, ses deux chauffeurs mis à disposition de sa famille, ses secrétaires qui gèrent ses affaires personnelles. "Vous ne pouvez pas geler les prestations sociales des Français et avoir autant de paires de chaussures", grince un proche de François Hollande.

Le président de la République est en déplacement à Clermont-Ferrand avec Arnaud Montebourg, vendredi, pour renouer avec les Français, après la claque des municipales. François Hollande n'a pas évoqué l'affaire et son ministre, interrogé plusieurs fois, refuse de commenter et détourne l'attention en répondant aux journalistes, avec humour : "Vous êtes des emmerdeurs."

(FRANCE TELEVISIONS)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Aquilino Morelle

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.