Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Karachi: Hortefeux mis en cause

Brice Hortefeux a appelé Thierry Gaubert pour le prévenir que sa femme "balançait beaucoup" devant le juge chargé de l'enquête sur l'affaire Karachi. Il a aussi eu cet ami au téléphone pendant sa garde à vue...
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Nicolas Bazire, Edouard Balladur et Brice Hortefeux, en meeting à Paris, le 8 février 1995. (JOEL ROBINE / AFP)

Brice Hortefeux a appelé Thierry Gaubert pour le prévenir que sa femme "balançait beaucoup" devant le juge chargé de l'enquête sur l'affaire Karachi. Il a aussi eu cet ami au téléphone pendant sa garde à vue...

L'affaire sème le trouble dans les rangs sarkozystes... Le 14 septembre dernier, Brice Hortefeux, ami de trente ans de Nicolas Sarkozy, préssenti pour devenir son directeur de campagne en 2012, appelle Thierry Gaubert. Il veut mettre en garde ce proche sur les révélations faites par sa femme. "Elle balance beaucoup apparemment Hélène", dit-il.

"Qu'est-ce que tu as comme infos là-dessus, toi, parce qu'elle me dit qu'elle dit rien", répond Thierry Gaubert. "Ça m'embête de te le dire par téléphone. Il y a beaucoup de choses hein", assure l'ex-ministre de l'Intérieur.

Voir le sujet diffusé lors de 13H de France 2 du 23 septembre:

Voir la video

Selon LeMonde.fr qui publie ces , cette conversation téléphonique, peu de temps avant la mise en examen de Thierry Gaubert, prouve que Brice Hortefeux a eu accès aux déclarations sur procès-verbal d'Hélène de Yougoslavie, l'épouse de Thierry Gaubert, alors même qu'elles n'ont pas encore été versées au dossier d'instruction du juge Renaud van Ruymbeke.

"Ils ont énormément de choses", dit Brice Hortefeux. "T'as eu Bazire, parce que visiblement, il est lui dedans dans cette histoire", ajoute-t-il. Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur, a été mis en examen jeudi dans l'enquête du juge van Ruymbeke sur le volet financier de l'attentat de Karachi.

Autre élément troublant... Brice Hortefeux indique ce vendredi à l'AFP avoir eu Thierry Gaubert au téléphone pendant sa garde à vue, à l'issue de laquelle ce proche de Nicolas Sarkozy a été mis en examen dans le cadre de l'affaire Karachi.

"On m'a dit dimanche que Thierry Gaubert n'allait pas bien. Comme vous le savez, c'est un ami. Je l'ai donc appelé le lendemain pour avoir de ses nouvelles. Je ne savais pas qu'il était en garde à vue. Quand il a décroché, c'est lui qui me l'a dit", a déclaré à l'AFP l'ancien ministre de l'Intérieur.

"Je ne sais pas pourquoi il avait son téléphone avec lui en garde à vue, mais il se trouve qu'il a répondu. C'est la preuve que je n'ai jamais eu accès à aucun élément du dossier" de l'enquête sur l'affaire Karachi "puisque je n'étais pas au courant", a ajouté Brice Hortefeux.

L'avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, Me Olivier Morice, avait affirmé jeudi soir sur Canal+ que Brice "Hortefeux a été en contact" avec Thierry Gaubert lors de sa garde à vue, qualifiant cette situation d'"absolument inadmissible et scandaleuse". "Cela démontre les méthodes qui sont utilisées par l'Elysée dans ce dossier", avait-il dit.

Brice Hortefeux avoir eu des informations sur la procédure. Il affirme avoir appelé Thierry Gaubert, à partir de "rumeurs de presse". "Il s'agissait juste d'une conversation entre amis après avoir eu vent de ces rumeurs", a-t-il précisé à l'AFP.

"Je n'ai jamais eu accès au moindre élément sur cette enquête. Si j'avais eu accès au procès-verbal" d'Hélène de Yougoslavie, "j'aurais donné des éléments précis dans la conversation", a-t-il ajouté, en assurant que Le Nouvel Observateur avait déjà affirmé, avant cet appel téléphonique, qu'Hélène Gaubert avait raconté beaucoup de choses aux enquêteurs.

"Je suis stupéfait que cet appel puisse faire le moindre sujet. Il y a dix jours que toutes ces rumeurs sur les déclarations de Mme Gaubert circulent", a-t-il dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.