VIDEO. Soupçons de surfacturation à l'UMP : Copé dénonce "une manipulation" du "Point"

Invité d'Europe 1, le président de l'UMP a une nouvelle fois démenti les accusations de surfacturation au profit de deux de ses proches, en accusant l'hebdomadaire de "calomnies".

C'est sans hésitation et avec véhémence que Jean-François Copé a démenti, vendredi 28 février sur Europe 1, les accusations de surfacturation le visant. Invité de la radio, le président de l'UMP a à nouveau nié tout conflit d'intérêts et tout enrichissement personnel dans la facturation à l'UMP de prestations assurées par la société de communication de deux de ses proches lors de la campagne présidentielle de 2012. "Il y a derrière tout cela une manipulation et un amalgame."

Face aux accusations portées par le magazine Le Point, il explique qu'il n'y a "aucun élément", soulignant le fait que les prix excessifs décrits dans l'enquête du magazine sont basés sur "quelques bordereaux" fournis par le PS. "Ce sont des rumeurs, qui viennent s'ajouter aux calomnies, uniquement pour venir salir celui qui est chef de l'opposition, à trois semaines des élections municipales. Vous croyez qu'on peut être dupe de tout cela?"

Voyant, derrière ces accusations, la main de Franz-Olivier Giesbert, Jean-François Copé a accusé le directeur de la publication du Point de "poursuivre une espèce de combat qui n'a aucun sens".

Le président de l\'UMP Jean-François Copé, le 26 février 2014 à Nantes (Loire-Atlantique).
Le président de l'UMP Jean-François Copé, le 26 février 2014 à Nantes (Loire-Atlantique). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)