Bygmalion : le procès sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy s'est ouvert en l'absence de l'ancien président

L'ex-président et 13 autres prévenus comparaissent devant le tribunal judiciaire de Paris pour "financement illégal de campagne électorale". Le procès doit durer un mois. 

Jérôme Lavrilleux, au centre, arrive au palais de justice de Paris, le 20 mai 2021, pour le procès de l\'affaire Bygmalion.
Jérôme Lavrilleux, au centre, arrive au palais de justice de Paris, le 20 mai 2021, pour le procès de l'affaire Bygmalion. (BERTRAND GUAY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Après un faux départ en mars, le procès de la retentissante affaire Bygmalion s'est ouvert pour de bon, jeudi 20 mai, devant le tribunal judiciaire de Paris. Nicolas Sarkozy est jugé pour les dépenses de sa campagne présidentielle de 2012, qui a coûté, selon l'accusation, plus de 42 millions d'euros au lieu des 22,5 millions autorisés par la loi. L'audience a débuté peu après 13h30 et s'est achevée en fin d'après-midi. Elle reprendra mardi matin.

Un report en mars. Le procès, prévu sur un mois, aurait dû débuter mi-mars, mais il avait été reporté en raison de l'hospitalisation de l'avocat de Jérôme Lavrilleux, protagoniste central du dossier qui avait causé des déflagrations en cascade à droite.

Quatorze personnes sur le banc des prévenusAux côtés de l'ex-chef de l'Etat, treize autres personnes comparaissent devant le tribunal correctionnel, dont son directeur de campagne, des cadres de l'UMP, des experts-comptables, et les dirigeants de Bygmalion. Pendant un mois, le tribunal va tenter d'évaluer la responsabilité de chacun. 

Nicolas Sarkozy encourt un an de prison. Le fait que l'ancien chef de l'Etat soit directement concerné par ce dossier très technique donne à celui-ci un fort retentissement médiatique et politique. Que lui reproche-t-on ? Contrairement à ses 13 autres coprévenus, l'ancien président ne comparaît pas pour les infractions de faux, d'usage de faux, d'abus de confiance ou d'escroquerie. Seul le délit de financement illégal de campagne électorale lui est reproché. Une infraction réprimée par l'article 113-1 du Code électoral et pour laquelle il encourt un an de prison et 3 750 euros d'amende.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BYGMALION

22h24 : Il est déjà grand temps de faire un nouveau point sur l'actualité de ce jeudi soir :

Israël et le Hamas approuvent un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, à l'initiative de l'Egypte. Il entrera en vigueur dès 2 heures, heures locales, a confirmé le Hamas.

#COVID_19 La vaccination sera étendue à tous les adultes sans condition dès le 31 mai, avec deux semaines d'avance sur le calendrier initial, a annoncé cet après-midi Jean Castex. Par ailleurs, toutes les personnes exerçant une profession prioritaire, sans restriction d'âge, pourront également se faire vacciner dès lundi, a également ajouté le Premier ministre. Suivez notre direct.

Le Conseil constitutionnel a censuré l'ex-article 24 de la loi Sécurité globale, qui punit la "provocation à l'identification" des forces de l'ordre.

Le procès Bygmalion s'est ouvert aujourd'hui devant le tribunal judiciaire de Paris. L'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, poursuivi pour les dépenses excessives de sa deuxième campagne présidentielle en 2012, n'était pas présent. Mais ses 13 coprévenus étaient bien là. Tout comme notre journaliste, dont voici le compte rendu.

21h09 : Le procès Bygmalion s'est ouvert aujourd'hui devant le tribunal judiciaire de Paris. L'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, poursuivi pour les dépenses excessives de sa deuxième campagne présidentielle en 2012, n'était pas présent. Mais ses 13 coprévenus étaient bien là. Tout comme notre journaliste Mathilde Lemaire.Voici son compte rendu.

16h33 : Au procès de l'affaire Bygmalion, l'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a soulevé les exceptions de nullité pour son client, absent au tribunal judiciaire de Paris. Notre journaliste Mathilde Lemaire relate ses arguments.

15h57 : Parmi les parties civiles dénoncées comme "fantaisistes" au procès Bygmalion, Edwige Vincent, qui s'était présentée mi-mars, lors du faux départ du procès, comme candidate à l'élection présidentielle. Cette femme avait été arrêtée en 2013 pour s'être fait passer pour une diplomate et avoir, à travers cette fausse identité, escroqué plusieurs personnes, rapporte Sud-Ouest.

15h40 : Retour au tribunal judiciaire de Paris, pour la première journée du procès de l'affaire Bygmalion, portant sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Après l'appel des prévenus, place à la liste des parties civiles, dont certaines sont "un peu fantasques", rapporte notre journaliste Mathilde Lemaire.

14h22 : 14h10, faisons un nouveau point sur l'actualité de la journée :

#COVID_19 Au lendemain de la réouverture des terrasses, le Premier ministre, Jean Castex, appelle à la "responsabilité" des Français, après quelques débordements ayant eu lieu hier soir, notamment à Rennes. Suivez notre direct.

Le procès de l'affaire Bygmalion, portant sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, s'ouvre au tribunal judiciaire de Paris. L'ancien président est absent et représenté par son avocat, Thierry Herzog. Suivez notre direct.

#ISRAEL Les affrontements entre Israéliens et Palestiniens se poursuivent alors que les tractations diplomatiques patinent. Le Conseil des droits de l'homme tiendra une réunion extraordinaire le 27 mai. Suivez notre direct.

La cour d'appel de Paris a donné raison au civil aux 2 500 plaignantes dans le scandale des prothèses mammaires PIP, condamnant ainsi la société TÜV pour "manquement aux obligations de contrôle".

14h12 : Le procès de l'affaire Bygmalion s'ouvre au tribunal judiciaire de Paris, après un faux départ mi-mars du fait de l'hospitalisation de l'avocat d'un des prévenus. L'ancien président Nicolas Sarkozy, l'un des 14 prévenus, est absent. Il est représenté par son avocat, Thierry Herzog. Notre journaliste Mathilde Lemaire est sur place.

13h47 : Pour votre pause déjeuner, voici quelques contenus que nous vous conseillons de consulter ce midi sur franceinfo :

Notre article vous présentant les 14 prévenus au procès de l'affaire Bygmalion, qui reprend aujourd'hui devant le tribunal judiciaire de Paris.

Notre article décryptant cinq intox circulant sur les réseaux sociaux au sujet du conflit israélo-palestinien.

Notre article décryptant les enjeux des élections départementales et régionales.

12h00 : A midi, voici un nouveau point sur l'actualité de la matinée.

Les voyages internationaux doivent toujours être évités, estime le directeur de l'OMS Europe, afin de faire "face à une menace persistante et à de nouvelles incertitudes", notamment celles liées au variant identifié en Inde. Suivez notre direct.

Après un faux départ en mars, le procès Bygmalion s'ouvre au tribunal judiciaire de Paris à 13h30. Nicolas Sarkozy est jugé pour les dépenses excessives de sa campagne présidentielle de 2012 et comparaît aux côtés de 13 autres prévenus.

Les affrontements entre Israéliens et Palestiniens se poursuivent alors que les tractations diplomatiques patinent. Le Conseil des droits de l'homme tiendra une réunion extraordinaire le 27 mai. Suivez notre direct.

La cour d'appel de Paris reconnaît le préjudice des plaignantes dans le scandale des prothèses mammaires PIP et condamne la société TÜV pour "manquement aux obligations de contrôle".