Damien Abad "doit avoir le temps de pouvoir assurer sa défense" et s'y "consacrer pleinement", affirme une porte-parole de la majorité présidentielle

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

La porte-parole de Renaissance et députée des Hauts-de-Seine, Prisca Thevenot, a également réagi à l'affaire concernant Eric Coquerel, appelant à "libérer la parole dans les tribunaux".

Prisca Thevenot, députée Renaissance des Hauts-de-Seine et porte-parole du mouvement présidentiel, a estimé samedi 2 juillet sur franceinfo que le ministre des Solidarités, Damien Abad, "doit avoir le temps de pouvoir assurer sa défense" et s'y "consacrer pleinement". Une enquête a été ouverte mardi pour tentative de viol visant le ministre après qu'une plainte a été déposée.

>> Enquête ouverte pour "tentative de viol" visant Damien Abad : "Il ne passera pas le remaniement", assure un pilier de la majorité

"Aujourd'hui, effectivement, la justice doit pouvoir se faire. Elle doit pouvoir se faire dans des tribunaux, pas dans des tribunaux médiatiques. Damien Abad doit avoir le temps de pouvoir assurer sa défense" et s'y "consacrer pleinement". Mais "la décision" d'un départ du gouvernement "ne m'appartient pas", a-t-elle souligné.

Damien Abad est accusé de viol ou de tentative de viol par trois femmes. Le ministre dément les faits depuis le début. "Nous rentrons dans une nouvelle phase. Effectivement, la justice a été saisie et il faut l'entendre. Donc, pour que la justice puisse se faire, pour que toute la vérité puisse avoir lieu (...) effectivement, chaque homme et chaque femme doit pouvoir avoir le temps de se consacrer pleinement à cela", a expliqué Prisca Thevenot.

"Pas de polémique" sur le cas Coquerel

Par ailleurs, la militante féministe Rokhaya Diallo a exprimé jeudi sur RTL sa surprise de voir le député de La France insoumise, Eric Coquerel, accéder à la présidence de la commission des finances de l'Assemblée nationale : "J'ai entendu plusieurs fois parler des comportements qu'il aurait avec les femmes. Ce sont des choses qui reviennent de manière récurrente. Donc je suis étonnée de ce choix", a-t-elle déclaré.

La France insoumise a expliqué qu'aucune plainte n'avait été déposée à l'encontre de son député. "Que ce soit pour Eric Coquerel, mais comme toute autre personne d'ailleurs, femme ou homme, quand il y a effectivement des accusations, des rumeurs de violences sexuelles, de violence tout court, nous devons permettre que cette parole se libère, mais qu'elle se libère non pas dans les médias, mais dans les tribunaux, auprès de la justice", a affirmé Prisca Thevenot. La députée Renaissance ne veut pas polémiquer avec La France insoumise sur un sujet "trop grave", selon elle.

"Nous méritons mieux. Et quand je dis 'nous' ce sont les femmes. Nous méritons que ce sujet soit pris au sérieux, qu'ils ne fassent pas l'objet de polémiques incessantes et vaines."

Prisca Thevenot

à franceinfo

"Faisons en sorte toutes ensemble, vraiment toutes ensemble, de faire en sorte que la parole des femmes se libère là où elle doit se libérer pour être protégée, entendue et si besoin, effectivement, qu'il y ait des sanctions à l'encontre de certaines personnes", a poursuivi Prisca Thevenot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.