Cet article date de plus de neuf ans.

A REVIVRE - JF Copé est à la tête de l'UMP, cela aura pris plus de 24h

La Cocoe (commission interne de l'UMP) a annoncé vers 22h30 la victoire de Jean-François Copé à la présidence de l'UMP. Un succès extrêmement serré avec 98 voix de plus que son adversaire François Fillon. Il obtient 50,03% des voix contre 49.97% pour François Fillon. Quelques minutes après l'annonce des résultats, il a tendu la main au perdant en lui proposant de le "rejoindre" à l'UMP. François Fillon a fait une déclaration express. C'était en direct sur franceinfo.fr
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 17 min.
  (Eric Gaillard Reuters)


0h00 :
* Fin de ce direct consacré à l'élection à la présidence de l'UMP remportée par Jean-François Copé. Retrouvez dans quelques heures des analyses et les réactions sur France Info et franceinfo.fr* .

23h31 :  Discours de François Fillon** . Moins d'une minute.

François Fillon ne conteste pas la victoire en dépit "d'une procédure qui ne recueille pas " son approbation.

Il veut prendre le temps d'analyser et prendre du recul."Au delà des nombreuses irrégularités, ce qui me frappe c'est que la fracture qui traverse l'UMP et qui est manifeste. Cette fracture est politique et morale. La réduire et la dépasser " est l'objectif du candidat malheureux.

Dans son discours, l'ancien Premier ministre ne prend pas la main tendue par Jean-François Copé. Il déclare qu'il "annoncera dans les jours qui viennent la forme que prendra pour l'avenir [son] engagement politique" .

23h20 :  Luc Châtel devient le vice-président de l'UMP. Michèle Tabarot remplace Jean-François Copé en tant que secrétaire générale du parti.

22h 43 : Discours de victoire de Jean-François Copé.

"J'ai été élu à la majorité absolue des suffrages exprimés ", s'est félicité Jean-François Copé. "Ce moment démocratique, même si nous avons connu 24h a été un moment très important dans notre famille politique (...) Il est temps que l'opposition se mette au travail ".

Il tend la main à François Fillon, "je lui propose de me rejoindre. Il est temps que s'ouvre le temps du travail ", ajoutant "mes mains et mes bras sont grand ouverts (...) Je n'ai ni amertume ni rancoeur. Ce qui nous rassemble est infiniment supérieur à ce qui nous divise ".

Après avoir brièvement rendu hommage à Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, le nouveau président de l'UMP a conclu "la droite décomplexée est de retour ".

22h38 : VICTOIRE DE JEAN-FRANÇOIS COPÉ

50.03% pour Jean-François Copé contre 49.97% pour François Fillon.
Victoire extrêmement serrée: 98 voix d'écart. 87.388 voix pour Jean-François Copé contre 87.290 pour François Fillon. 


22h25 :
Tout est prêt au QG de François Fillon pour une prise de parole de l'ancien Premier ministre (médias).

**22h22 : ** La UNE du Figaro prévue demain mardi, en attendant le vainqueur.

22h13 :  A ne plus rien n'y comprendre. Guillaume Peltier affirme sur BFM que Jean-François Copé a plusieurs centaines de voix d'avance.

22h05 : François Fillon est arrivé il y a quelques minutes à son QG dans le VIIe arrondissement de Paris. Chaque camps dit avoir gagné.

22h00 : Toujours pas de résultats officiels mais Jean-François Copé est de "bonne humeur " selon son directeur de campagne, Roger Karoutchi.> 21h40 : Selon Bruno Jeudy, l'élection se jouerait à 30 voix. Certains médias parlent de l'avance de Jean-François Copé.



**21h26 :   ** Jean-François Copé est arrivé au siège de l'UMP il y a une dizaine de minutes.

21h00 : La Cocoe délibère depuis une vingtaine de minutes. Selon un responsable de l'UMP, cela peut prendre encore plusieurs heures.

20h50 : Un proche de Jean-François Copé est venu vérifier les micros du pupitre d'où se font les discours.

20h45 : La commission interne (Cocoe) se réunit pour délibérer. Les résultats de trois départements sont encore à vérifier.> **20h43 : * La bataille n'est perdue pour personne. Christian Jacob, soutien de Jean-François Copé a déclaré sur Itélé, "Il faut avoir le calme des vieilles troupes, beaucoup de sérénité. Il n'y a pas de quoi dramatiser. Le résultat sera serré, il est normal que la commission de contrôle recompte les bulletins. Nous, on pense que Jean-François Copé maintient son avantage et qu'il sera proclamé président dans quelques heures* ".

Christian Estrosi, derrière François Fillon affirmait dans la soirée, "au moment où je parle, les derniers décomptes donnent une avance à François Fillon qui est confirmée. Mais nous devons aller jusqu'au bout du travail entamé la nuit dernière et nous escomptons bien voir la Cocoe publier l'élection à la présidence de notre formation politique de François Fillon ".

**20h17 :   * François Bayrou, président du Modem, a fait part lundi de son incompréhension quant à l'organisation de l'élection du président de l'UMP. "Je n'arrive pas à comprendre comment, dans un grand parti politique, est-il possible qu'on ait ce genre de dérives ou d'incertitudes. Il y a quelque chose d'incompréhensible* ", a-t-il déclaré sur BFM TV.

20h12 : Alain Juppé, invité du 20h de TF1 : "Il faut s'en sortir ". Pour le maire de Bordeaux, ancien président de l'UMP, si la Commission interne (Cocoe) ne parvient pas à un accord sur les résultats, il faudra "entrer dans un période intérimaire". Alain Juppé se dit "prêt" à assumer ce poste de courte durée, avant une nouvelle élection.

20h00 : La Cocoe (Commission interne) est toujours en train de recompter les voix au siège de l'UMP à Paris.

**19h45 :   ** Sur France Info, Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre et ex-présidente du RPR, a refusé d'afficher sa préférence. Pour elle il faut maintenant aller vite et recoller les morceaux.

**  **

**19h30 : Le #Copé inspire les Twittos. La vidéo de France Info**.

**  **

**18h50
:    ** "L'info
politique" de France
Info. Retour sur cette
journée en direct du siège de l'UMP à Paris. 

**  **

**18h45 :   ** Message appelant à l'union et
la patience de la fédération UMP de la Haute Garonne sur Twitter. Dans ce département,
Jean-François Copé est arrivé en tête avec plus de 62% des voix.



**18h30 : Deux réactions -  **

***- Bruno Le Roux, président des députés PS, "Les deux camps auront  finalement plus rivalisé en créativité dans le domaine de la tricherie que dans celui des idées. Cette tragi-comédie est un mauvais vaudeville qui n'honore pas la démocratie française et met le principal parti d'opposition à feu et à sang* ". 

  • Bernard Accoyer, député UMP de Haute-Savoie, ex-président de l'Assemblée Nationale : "La responsabilité des deux candidats et des élus UMP est grande face à la désespérance des militants et aux conséquences d'une telle situation de confusion pour la droite républicaine. J'ai toujours redouté que cette élection, réduite à un duel, ne se tranche en un seul tour forcément passionnel et violen t".  

**18h05 : Les centristes de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) vont-ils profiter du chaos à l'UMP ? Ils voient dans cet imbroglio, une confirmation de la "pertinence " de leur création en septembre. Les députés Maurice Leroy et Philippe Vigier, tous deux porte-parole de l'UDI, ont rappelé dans un communiqué que l'UDI apportait aux Français "une nouvelle offre politique indépendante, moderne et ouverte clairement inscrite dans l'opposition et au centre-droit ". **

**17h52 :  A l'UMP, l'attente continue. Une infographie pour récapituler. **

**17h40 : il resterait une dizaine de départements à vérifier. Les résultats sont attendus dans la soirée. **

**17h35 : Pour Franck Riester, député UMP de Seine-et-Marne, qui soutient Jean-François Copé, la Cocoe (Commission interne à l'UMP) "avance sereinement ", ajoutant "on continue de travailler ". **

**17h20 : Ségolène Royal commente la bataille Copé/Fillon. En faisant référence à la succession de François Hollande à la tête du PS en 2008, contre Martine Aubry, Ségolène Royal se rappelle, qu'elle, a su réagir avec sagesse : "Cela me rappelle des choses. En l'occurrence, j'avais protégé les intérêts du PS en prenant acte de la victoire de mon adversaire tout en sachant les irrégularités qui avaient été commises ". **

**17h15 : Sur fond d'accusations réciproques de fraudes, l'UMP se retrouve dans la situation qu'avaient dû affronter les socialistes lors du congrès de Reims, lire l'article de France Info > L'UMP vit son congrès de Reims. **

**17h04 :  Selon une collaboratrice de
François Fillon, c'est un "guerre d'opposition" qui est en train de
se jouer. Les deux candidats bloquent l'avancée des résultats de certaines
circonscriptions. Le clan de François Fillon Fillon annonce qu'il a 2.600 voix
d'avance. Celui de Jean-François Copé, dit avoir 800 voix d'avance.
**

**16h50 : Dominique Reynié, professeur à Sciences Po Paris et spécialiste de la droite parle d"un risque d'explosion " de l'UMP. Dans un entretien au Monde il estime que cette élection "ne fournira aucune base solide à celui qui serait désigné ". **

**16h30 :  Toujours la guerre des nerfs.
Le premier qui flanche aura perdu. Le nom des vainqueurs sera "peut-être"
connu ce soir.  A écouter : Eric
Ciotti et Roger Karoutchi. 
**

**16h20 : Les trois "Trending topics" de Twitter  ce lundi concernent la guerre des chefs de l'UMP. , , (du nom de la Commission interne). **

**C'est un tweet ironinque du député UMP Thierry Mariani qui a fait l'un des plus gros buzz. Il a été retweeté plus de 300 fois. **



**16h05 : Selon des proches de Jean-François Copé, il reste toujours 10 départements à examiner, dont les plus problématiques (Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Paris, Hauts-de-Seine) **

**16h00 : Actualisation de la carte des résultats, département par département. **

**15h35 : François Fillon aurait 2.600 voix d'avance selon son directeur de campagne, Eric Ciotti : "Sur 94.000 inscrits, à cette heure, François Fillon avait 2.600 voix d'avance " en précisant que ces résultats portaient sur "les deux tiers des départements environ ". **

**15h25 : Najat vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement estime qu'il "faut en finir avec cet épisode (...). Les Français ont besoin d'une majorité forte mais aussi d'une opposition contructive ". **

**15h20 : Une anomalie de 128 bulletins a été observée par les deux camps à Nice. Dans la 1ère circonscription de la ville, pro Fillon, Eric Ciotti a compté 2.300 inscrits. 75,9% ont voté pour François Fillon. Problème : selon le procès verbal validé à 3h15 par des assesseurs des deux camps, il y a un écart de 128 entre le nombre d'enveloppes de vote et les signatures sur les cahiers d'émargement. **

**15h10 : Et les motions au fait ? Avec cet imbroglio autour des résultats de l'élection du président de l'UMP, on en oublie que les militants ont également voté dimanche pour départager six "motions". Elles représentent les différentes sensibilités du parti. La commission interne à l'UMP (Cocoe) a décidé de s'occuper d'abord de la présidence et de rendre publics les résultats de chaque motion ensuite. **

**15h06 : La crise à l'UMP profite-t-elle au Front National ? Le vice-président du FN, Florian Philippot affirme qu'à midi, selon le service adhésion du parti, il y a eu ce lundi, deux fois plus d'adhésions qu'un jour normal. **

**14h42 : Certaines voix au sein de l'UMP commençent à s'impatienter. Le président de la fédération UMP du Pas-de-Calais, Daniel Fesquelle, a appelé à une "co-présidence " de François Fillon et Jean-François Copé. **

**14h30 : Un point sur les résultats, département par département. **

**14h20 : Toujours pas de chef à l'UMP,
l'analyse de Pascal Perrineau, politologue et directeur du Cevipof. "Un
tel scénario s'apparente à une confrontation lamentable
".
**

**13h35 : Roger Karoutchi, directeur de campagne de Jean-François Copé affirme que 100 voix étaient "gagnées " en Moselle et estime que "à l'heure qu'il est, pour nous, représentants de Jean-François Copé, l'avance que nous avons signalée hier n'estpas altérée, elle est même légèrement accrue ". **

**12h52 : D'après le directeur de campagne de Jean-François Copé, "deux tiers des départements " ont été validés par la Cocoe. Roger Karoutchi estime qu'il reste encore "30 à 35 départements " à examiner. "D'ici ce soir resteront quelques cas, qui sont des cas à problèmes ". **

**12h45 :  Alors que la commission de contrôle de l'UMP est réunie depuis plus de deux heures, les journalistes attendent devant le siège du parti, rue Vaugirard à Paris.  **

**12h34 : Harlem Désir, premier secrétaire du PS déplore que l'UMP soit tournée vers sa "guerre des chefs. Aujourd'hui la situation de l'UMP est marquée par la confusion, la contestation et la division" **

**12h05 :  Au-delà du duel entre François Fillon et Jean-François Copé, l'AFP rappelle que les adhérents de l'UMP avaient le choix dimanche entre six motions:  **

*"France moderne et humaniste " ( centriste, Jean-Pierre Raffarin), la "Droite forte " (sarko-copéiste, Guillaume Peltier), la "Droite sociale " (filloniste, Laurent Wauquiez), la "Droite populaire ", les "Gaullistes " et la "Boîte à idées* ". **

**L'enjeu pour ces mouvements est de dépassé les 10% de voix pour disposer de moyens financiers et peser sur les instances du parti. Les résultats seront communiqués après le nom du nouveau président. **

**11h53 :  Après Alain Juppé, un autre ancien Premier ministre appelle au calme.  **



** 11h41 :  La fédération UMP des Alpes maritimes serait donc "le point noir " des discussions. D'après Nice Matin, c'est François Fillon qui est arrivé en tête dans cette circonscription avec 60% des voix. Les Alpes maritimes, c'est aussi le fief de deux soutiens de poids pour l'ancien Premier ministre: Eric Ciotti et Christian Estrosi. C'est la troisième fédération UMP France avec 12.099 adhérents (derrière Paris et les Hauts-de-Seine).  **

**11h18 :  Germain Treille est l'envoyé spécial de France Info au siège de l'UMP rue de Vaugirard à Paris : **

*"Les copéistes très présents au siège pour discuter avec les journalistes. Il y a une bonne centaine de reporters. D'après un proche de Copé, il y a de l'électricité dans l'air. La fédération des Alpes maritimes serait le gros point noir qui divise les deux camps. Un proche de Jean-François Copé: quand la sanction tombera, les fillonistes seront-ils les diviseurs de l'UMP ?* " **

**11h10 :  La commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales de l'UMP est réunie depuis maintenant un peu plus d'une heure. C'est elle qui va devoir trancher sur le nom du prochain président et sur les différentes accusations de fraudes. Elle est composée de neuf membres: **

**Pierre ANDRÉ, sénateur de l'Aisne.
Camille BEDIN, en charge de l'Egalité des chances.
Patrice GÉLARD, sénateur de Seine-Maritime, président de la Cocoe.
Agnès LE BRUN, eurodéputée de l'Ouest.
Sébastien LEPRETRE, maire de La Madeleine, près de Lille.
Alain POUCHELON, ex-président de la Conférence des bâtonniers.
Boris RAVIGNON, conseiller général des Ardennes.
Hamida REZEG, chargée du Renouvellement politique.
Isabelle VASSEUR, députée de l'Aisne.
**

**Des représentants de chaque camp assistent aux discussions dont Eric Ciotti pour François Fillon et Roger Karoutchi pour Jean-François Copé. **

**10h36 :   Alain Juppé se prononce sur Twitter pour un "instance de crise pour accompagner le nouveau président avec des gens qui n'ont pas pris part à cette confrontation lamentable ". Pour l'ancien Premier ministre, "l'existence de l'UMP est en cause ". Le maire de Bordeaux assure que les deux candidats accepteront la décision de la commission de contrôle du parti.  **

**10h05 :  Première déclaration de François Fillon lundi matin. Dans un communiqué, l'ancien Premier affirme être "en avance " face à Jean-François Copé. Il assure "attendre avec sang-froid " le verdict de la Cocoe **

**10h00 :  La commission électorale du parti reprend son décompte des voix exprimés par les militants de l'UMP. Le président de la Cocoe Patrice Gélard va devoir aussi trancher sur les cas présumés de fraudes dénoncés par les deux camps. **

**09h10 :  "Je constate que je suis en tête ". Jean-François Copé sur BFM TV. Le secrétaire général maintient sa victoire et dénonce des "fraudes importantes notamment dans les Alpes maritimes et à Paris ".  **

**08h46 :  Une journée très tendue s'annonce au sein des deux camps. D'où le message d'appaisement lancé par Alain Juppé sur son blog :  **

**8h45 :  Les deux camps continuent de revendiquer la victoire de l'élection. Nadine Morano soutient Jean-François Copé. Comment sortir de l'impasse dans laquelle se trouve l'UMP ? L'ancienne ministre a son idée. **

**08h15:  Sur France Info, Christian Estrosi se dit sûr de la victoire de François Fillon. **

**04h00:  la commission électorale du parti annonce la suspension de ses travaux **

*"Pour l'instant, il n'y a pas de vainqueur. Nous sommes dans l'incapacité de dire qui a gagner parce que les chiffres sont très proches l'un de l'autre.* " Il est quatre heures du matin ce lundi quand Patrice Gélard annonce la suspension du décompte des votes des militants UMP. **

*Le président de la commission électorale du parti précise qu'il "manque les procès-verbaux de 50%  des département s" notamment en raison des retards pris dans certaines grosses fédérations comme "les Alpes maritimes, les Bouches-du-Rhône et Neuilly* ". Les travaux de la commission - la Cocoe - devraient reprendre à 10 heures ce lundi.  **

**23h45 :  Coup de théâtre : François Fillon revendiquait la victoire avec une "courte avance " de 224 voix, assurant qu'il ne "lâcherait rien ", qu'il ne laisserait pas voler la victoire aux militants. et qu'il attendait donc avec "sérénité " les résultats de la commission de contrôle des opérations de vote. Une "sérénité " précaire puisque l'ancien Premier ministre a fait une apparition à 3h15 au siège de l'UMP à Paris pour dénoncer "un dysfonctionnement majeur " dans le déroulement du scrutin. **

**23h30 :   "Les militants de l'UMP viennent aujourd'hui de m'accorder la majorité de leurs suffrages et ainsi de m'élire comme président de l'UMP"   a lancé Jean-François. D'après ses calculs, le secrétaire général de l'UMP comptait 1.000 voix d'avance sur l'ancien Premier ministre. Dans la foulée, le camp Fillon a immédiatement fait savoir qu'il contestait cette victoire, en invoquant un "score très serré ". **

**  **

**Soupçons de fraude, notamment à Nice et Paris **

*En effet, avec aussi peu de marge pour marquer nettement une avance sur l'autre candidat, la chasse aux "irrégularités* " a mobilisé l'attention des deux camps. L'équipe Copé a annoncé dès 22h dimanche soir qu'elle saisirait la Cocoe, la commission électorale de l'UMP, au sujet du déroulement du vote dans le XVIe arrondissement de Paris, où 40 bulletins surnuméraires ont été comptés dans les urnes, et dans la 1ère circonscription de Nice : alors que 1.178 enveloppes avaient été trouvées dans l'urne, seules 590 signatures figureraient sur les listes d'émargement. **

*Plus tard dans la soirée, le camp Fillon a annoncé qu'il déposerait des recours identiques auprès de la commission interne, Bernard Debré, l'un des soutiens de François Fillon, se disant "sûr " que son camp allait "contester un certain nombre de départements* ". **

*La députée des Alpes-Maritimes Michèle Tabarot, soutien de Jean François Copé dans la course à la tête de l'UMP, avait dénoncé à la mi-journée de "grosses difficultés* " dans les bureaux de vote de son département, l'une des fédérations les plus importantes de France où des huissiers contrôlent les opérations.  **

**Des adhérents autorisés à déposer leur bulletin après le délai officiel **

*La journée électorale a commencé tôt pour les miliants. Dès 9h ce dimanche et dans bien des bureaux de vote, ils patientaient avant de mettre leur bulletin dans l'urne en évoquant leur candidat préféré, Copé qui est "plus punchy "   ou Fillon qui "est présidentiable, on peut aller loin avec lui " . * Même si dans le 7e arrondissement de Paris, le fief de François Fillon, l'ancien Premier ministre semblait favori... **Le scrutin s'est clos à 18h, mais, compte-tenu de l'affluence dans certains bureaux de vote, les adhérents qui attendaient encore après 18h pour pouvoir voter ont été autorisés à déposer leur bulletin après le délai officiel.  

 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.