A Meaux, Marine Le Pen a été chahutée par des militants de Jean-Luc Mélenchon et du PS

Samedi 24 mars, Marine Le Pen était en déplacement à Meaux, ville de du patron de l'UMP Jean-François Copé. La candidate du FN s’y est faite chahutée par l’hostilité de militants du Front de gauche (FG) et du PS.

A Meaux, samedi 24 mars, la venue Marine Le Pen a été perturbée par des militants de gauche.
A Meaux, samedi 24 mars, la venue Marine Le Pen a été perturbée par des militants de gauche. (JOEL SAGET / AFP)

Samedi 24 mars, Marine Le Pen était en déplacement à Meaux, ville de du patron de l'UMP Jean-François Copé. La candidate du FN s'y est faite chahutée par l'hostilité de militants du Front de gauche (FG) et du PS.

Le déplacement de Marine Le Pen à Meaux, samedi 24 mars, n'a pas été de tout repos. Dans la ville dont le patron de l'UMP, Jean-François Copé, est le député-maire, la candidate du Front national a été chahutée par des supporteurs de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, ainsi que par des militants socialistes.

Reportage France3 à Meaux, samedi 24 mars 2012

Le Pen accuse Mélenchon

Alors que Marine Le Pen circulait entre les étals auprès des commerçants et des passants, elle a été accueillie aux cris de "Résistance! Résistance! Résistance!", célèbre slogan de la gauche de la gauche. Un accueil bruyant qui a couvert la voix de la candidate d'extrême-droite.

Sans se départir de son calme, Marine Le Pen, large sourire en guise de réponse, a vu dans cette réaction des signes de la "violence" et de la "haine" dont elle accuse son adversaire du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Le Pen déplore de ne pouvoir faire campagne "normalement"

Le représentant du PCF et du Parti de gauche à l'élection présidentielle a, pour la première fois vendredi, devancé dans un sondage BVA, la présidente du Front national. Un cas unique pour l'instant alors qu'il vient de recevoir le soutien de dirigeants du NPA.

La présidente du FN a néanmoins pu se rassurer avec les embrassades de passants croisés et les autographes qu'ils sollicitaient. Elle a déploré de ne pas pouvoir faire campagne "normalement".

A l'issue de la visite, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont entonné la Marseillaise, comme aux meetings de leur leader. Marine Le Pen s'est tournée pour leur faire face. Après un court moment d'hésitation, elle a aussi chanté l'hymne national à tue-tête.