Cet article date de plus de neuf ans.

76 % des personnes sondées par TNS Sofrès jugent "plutôt négatif" le bilan du chef de l'Etat

Seuls 17 % des sondés le jugent "plutôt positif", selon cette enquête réalisée pour Canal+.Dans le même temps, la cote de confiance du chef de l'Etat, établi par le même institut de sondages, a de nouveau atteint son plus bas en mai, à 20 %.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Nicolas Sarkozy à Fontainebleau le 5 mai 2011 (AFP - MARTIN BUREAU)
Seuls 17 % des sondés le jugent "plutôt positif", selon cette enquête réalisée pour Canal+.

Dans le même temps, la cote de confiance du chef de l'Etat, établi par le même institut de sondages, a de nouveau atteint son plus bas en mai, à 20 %.


Sondage sur le bilan

6 % des sympathisants de gauche, 16 % des sympathisants FN et 61 % des sympathisants UMP jugent le bilan de Nicolas Sarkozy "plutôt positif". A l'inverse, il est jugé "plutôt négatif" par 91 % des sympathisants de gauche, 79 % des sympathisants FN et 34% des sympathisants UMP.

En 2010, Nicolas Sarkozy recueillait 21% de "plutôt positif", 69 % de "plutôt négatif", et en 2009, respectivement, 28 % contre 63 %, rappelle l'étude.

En observant les courbes depuis 1975, on s'aperçoit que Nicolas Sarkozy atteint des niveaux d'insatisfaction records : un an avant l'élection présidentielle de 1980, Valéry Giscard d'Estaing était à 43 % de jugements "plutôt positifs" et à un taux égal de jugements "plutôt négatifs". A 12 mois de l'échéance de 1988 (en pleine cohabitation avec Jacques Chirac), François Mitterrand en était à 56 % de "plutôt positif" et 28 % de "plutôt négatif". En 2001, Jacques Chirac recevait, lui, 49 % d'approbations sur son bilan et 36 % de jugements "plutôt négatifs".

Dans le détail, les thèmes dans lesquels les jugements sont les plus favorables à l'égard de l'actuel locataire de l'Elysée sont "la place de la France dans le monde" (36 % de "plutôt positif"), la sécurité (31 %), l'environnement (27 %) et la gestion de la crise économique financière (27%).

Les thèmes sur lesquels il est le plus critiqué sont le pouvoir d'achat (6 % de "plutôt positif"), le travail et l'emploi (12 %), la fiscalité (12 %) et le financement des retraites (18 %).

Sondage réalisé du 29 avril au 2 mai auprès d'un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées à domicile selon la méthode des quotas

Cote de confiance: nouveau record négatif
20% des personnes interrogées par TNS Sofrès font désormais confiance au chef de l'Etat "pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement". Nouveau record négatif, ce chiffre est en baisse de 3 points par rapport à avril.

Le premier ministre, François Fillon, subit lui aussi une baisse de 3 points, à 33 %, retrouvant son plus mauvais score déjà atteint en mars.

Du côté de ceux à qui les sondés souhaitent "voir jouer un rôle important au cours des mois et des années à venir", le socialiste Dominique Strauss-Kahn se réinstalle à la première place, malgré une baisse de 2 points, à 46 %.

Il devance l'écologiste Nicolas Hulot qui perd huit points, à 43 %, après le lancement de sa candidature à la présidentielle de 2012. L'écologiste avait été testé pour la première fois fin mars par ce baromètre et s'était installé à la première place des personnalités politiques, à 51 %.

La présidente du Front national Marine Le Pen progresse, pour sa part, à nouveau de 4 points, à 29 %. Le mois dernier, elle avait déjà enregistré une hausse de 7 points, passant de 18 à 25 %. Elle se classe en dixième position sur 38 politiques testés et en cinquième position à droite, derrière Jean-Louis Borloo (36 %), Rama Yade (36 %), Alain Juppé (34 %) et Christine Lagarde (30 %).

Côté PS, Martine Aubry prend un point, à 42 %, talonnée par François Hollande, en progression de 4 points à 40 %.

Enquête réalisée du 29 avril au 2 mai en face-à-face auprès d'un échantillon de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.