49.3 : les députés Front de gauche pourraient signer la censure de la droite

Après l'annonce de Manuel Valls de recourir au 49.3 pour faire passer sans vote la loi Travail, le chef de file des députés Front de gauche à l'Assemblée nationale entend maintenant sanctionner le gouvernement. "Si on ne réunit pas les 58 signatures pour une motion de censure de gauche, nous signerons la motion de la droite", a ainsi prévenu mercredi André Chassaigne, sur France Info.

(André Chassaigne, le patron des députés Front de gauche pendant le débat à l'Assemblée © maxPPP)

Le patron des députés Front de gauche est optimiste : "J'y crois de plus en plus. Hier, on a mis autour de la table des députés Front de gauche, radicaux, socialistes, écolos, des députés non-inscrits et des députés d'Outre-mer , a expliqué l'élu auvergnat. Et on a commencé à écrire à plusieurs mains, ce que serait le texte d'une motion de censure de gauche, anti-libérale."

Les socialistes frondeurs, qui se réunissent dans la matinée, décideront d'ici midi s'ils se joignent aux députés Front de gauche, mais André Chassaigne a déjà fait ses calculs. "Si je ne compte pas les socialistes, on peut être 27 ou 28, sans compter non plus les MRC. Donc il reste aux députés frondeurs à faire un choix politique".

Le but n'est pas de faire tomber le gouvernement

"Si on réunit 58 signatures sur une motion de gauche, nous voterons la motion de gauche et pas celle de droite. Le gouvernement ne pourra pas tomber mais si on totalise les voix de la motion de gauche et celles de la motion de droite, si une majorité de députés marque son opposition à la loi Travail, je ne vois pas comment le gouvernement pourrait la maintenir ", a réfléchi le chef de file du Front de gauche à l'Assemblée.

"Si on ne réunit pas les 58 signatures pour une motion de censure de gauche, nous signerons la motion de la droite" (André Chassaigne)
--'--
--'--

André Chassaigne s'est surtout félicité de l'arrivée d'une "grande vague " dans les rues de notre pays : "Il y a quelque chose qui est en train de grandir. Cette opposition doit prendre des formes multiples, c'est par là qu'on arrivera à arracher le retrait de la loi Travail."

Quant à l'avenir des députés socialistes frondeurs, le patron du Front de gauche à l'Assemblée leur propose une voie toute tracée : "Si on arrive à constituer un groupe large de tous ceux qui expriment leur opposition à la dérive libérale de ce gouvernement qui se dit de gauche mais qui n'est pas de gauche, de tous ceux qui portent les vraies valeurs de la gauche, c'est avec plaisir qu'on pourrait recomposer l'espoir d'une alternative de gauche à l'Assemblée pour cette dernière année.