Médias : 5ème édition des Champions de la croissance, un dossier spécial des Echos Week-End

Réalisé par Statista en partenariat avec Les Echos, la cinquième édition des Champions de la croissance révèle le dynamisme du tissu économique français un an avant le déclenchement de la pandémie. Avec comme moteurs la tech et le numérique, des atouts face à la crise sanitaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Call me George(s) (Call me George(s))

Malgré la crise sanitaire, les entreprises spécialisées dans les métiers du recrutement et l'industrialisation de produits innovants ont su faire preuve d'une belle résilience en 2020. Ce sont trois toutes jeunes start-up de la tech et du digital qui sont au firmament du classement

Les entreprises les plus dynamiques de l’Hexagone sont de plus en plus nombreuses à répondre à l’appel de ce classement, réalisé en partenariat avec Statista. Bien qu'étant éligibles, une cinquantaine n’avait pu y entrer l’an dernier, elles étaient plus du double cette année. La taille des lauréats augmente aussi : la part d’entreprises ayant des revenus supérieurs à 10 millions d’euros dépasse désormais les 32% – presque
un tiers –, contre seulement 16% en 2016 ... Des nouveaux champions apparaissent, beaucoup progressent.

En 2019, les turbulences de la crise sanitaire n’avaient pas encore assombri l’horizon, le taux de croissance annuel moyen minimum des champions s’élevant à 11,4%. Nombre d’entre eux ont su y faire face avec résilience,
voire brio. C’est notamment le cas du nouveau lauréat, la jeune start-up aixoise Gojob. Pour sa première participation au palmarès, elle a affiché une croissance de 4388, entre 2016 et 2019 et continué sur sa lancée en 2020 malgré, ou peut-être plutôt grâce aux effets collatéraux de la pandémie ...

Recrutement et industrialisation au programme

Spécialisée dans l’intérim digital, GoJob s’est retrouvée dans la meilleure
des positions pour répondre aux besoins de recrutement des entreprises, à un moment où tout ou presque se passait en ligne. 

L’idée de créer une sorte d’Airbnb de l’emploi fait son chemin. Son plus : un système de recommandations et de notations créé par algorithme à partir des données jugées les plus pertinentes sur les candidats – durée et date du dernier emploi, absences, retards, etc. Cela permet ainsi de faciliter le processus de recrutement en assurant une réelle cohérence entre les attentes du recruteurs et le/la furtur.e candidat.e. La diversité fait également partie des préoccupation de la jeune start-up. 

Les métiers du recrutement tiennent une place de choix dans le haut du classement cette année. En plus de Gojob, le Hibou et Golden Bees (quatrième cette année, septième l’an dernier) font partie des dix premiers. Plate-forme spécialisée dans la mise en relation de consultants informatiques free-lance et d’entreprises de services du numérique, Le Hibou s’est ainsi hissé à la troisième place avec une croissance annuelle moyenne de 184,7%. Cette jeune start-up mise aussi sur la recommandation de ses clients pour accroître l’efficacité de ses recrutements.

Accompagner les projets tech

Call me George(s) (Call me George(s))
C’est également l’ambition de Kickmaker, arrivé en deuxième position du classement. Pépite assez méconnue de la French Tech, cette start-up parisienne d’à peine cinq ans s’est donnée, elle, pour mission de conseiller les «makers» dans le processus d’industrialisation de leurs projets techs, du prototype à la production de masse. 

Malgré un business plan chamboulé par la pandémie, Kickmaker a vu son activité
progresser de 20% l’an dernier.

Retrouvez le palmarès des Champions de la croissance 2021 sur le site web des Echos.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.