Exposition : « Météorites » au Jardin des Plantes, Grande Galerie de l’évolution, jusqu'au 6 janvier 2019

Pierres tombées du ciel, les météorites fascinent autant qu'elles inquiètent. Objets de culte ou de science, elles sont porteuses à la fois d’émotions et d’informations inestimables.

Partenariat
Exposition Météorites
Exposition Météorites (© Muséum national d'histoire naturelle)

Visite virtuelle de l’exposition « Météorites entre ciel et terre » jusqu’au 6 janvier 2019 à la Grande Galerie de l’Evolution, Jardin des plantes à Paris. 

Interview de Matthieu Gounelle, commissaire de l’exposition.

Réalisation : Jean-Luc Grzeskowiak. 

© M.N.H.N / J-C Domenech, © Nasa / Eugène Cernan

Il a fallu attendre le XIXe siècle pour que les météorites soient envisagées comme des objets scientifiques à part entière.

Avec une approche interactive et sensible, l'exposition propose un parcours immersif ponctué de grandes projections spectaculaires et dévoile plus de 350 météorites de la collection du Muséum, dans une ambiance poétique, artistique et contemporaine.

Découvrez le parcours d'exposition en trois thématiques. 

La chute  

Chaque année, plus de 20 000 tonnes de matière météoritique entrent dans l’atmosphère terrestre. Il s’agit principalement de poussières interplanétaires, dont les plus grosses (environ 1 mm) sont à l’origine des étoiles filantes.   Pendant longtemps les météorites ont été considérées comme des manifestations divines, des pierres magiques, faisant parfois l’objet de cultes. Jusqu’au XVIIIe siècle, les savants peinent à identifier l’origine extraterrestre de ces pierres souvent appelées "pierres de foudre" ou "de tonnerre".

Le cratère des Pingualuit est un cratère d\'impact dans le territoire du Nunavik, Québec, Canada. Le bassin qu\'il renferme se nomme lac Pingualuk
Le cratère des Pingualuit est un cratère d'impact dans le territoire du Nunavik, Québec, Canada. Le bassin qu'il renferme se nomme lac Pingualuk (© NASA. Courtesy of Denis Sarrazin)

Des pierres extraterrestres 

Toutes les classes de météorites trouvent leurs amateurs, toutes sont des roches uniques. Les chondrites sont les roches les plus anciennes du système solaire, les achondrites lunaires et martiennes font rêver les amateurs d’espace, quant aux météorites de fer et les pallasites, elles sont parmi les plus spectaculaires. Plus de 80 météorites sont présentées dans la deuxième partie de l’exposition afin de montrer toute leur diversité.

Les visiteurs montent à bord d’un vaisseau qui leur offre une vue panoramique sur le système solaire. Debout, assis ou allongés, ils partent pour 7 minutes d’un spectacle audiovisuel sur l’histoire du système solaire et l’origine des météorites
Les visiteurs montent à bord d’un vaisseau qui leur offre une vue panoramique sur le système solaire. Debout, assis ou allongés, ils partent pour 7 minutes d’un spectacle audiovisuel sur l’histoire du système solaire et l’origine des météorites (© La Fabrique Créative)

Archives du passé

Presque toutes les météorites sont plus anciennes que n’importe quelle roche terrestre. Chacune d’entre elles est un témoin d’une étape particulière de la formation de notre système solaire et portent des informations qu’on ne retrouve dans aucune roche terrestre.   L’étude au laboratoire des météorites est complémentaire des missions d’exploration spatiale et des observations astronomiques. À partir de leur analyse, il est possible de retracer les débuts du système solaire, il y a 4,56 milliards d’années, mais aussi le processus de formation des planètes, la formation de la Lune et l’histoire de la Terre, ou encore de partir à la recherche d’eau sur Mars…

Plus d’informations sur le site de l’exposition