Événement : 58e édition du Mondial la Marseillaise à pétanque, du 7 au 11 juillet à Marseille

L'édition 2019 du Mondial la Marseillaise à pétanque a lieu du dimanche 7 au jeudi 11 juillet 2019.  La compétition, mixte, ouverte à tous, licenciés ou pas, sans limite d’âge, se joue en triplette (masculine, féminine ou mixte) au Parc Borély et sur une vingtaine d’aires de jeu dans Marseille. Chaque partie se joue en 13 points sur le principe de l'élimination directe. 

Partenariat
MONDIAL LA MARSEILLAISE A PETANQUE 2019
MONDIAL LA MARSEILLAISE A PETANQUE 2019 (MONDIAL LA MARSEILLAISE A PETANQUE 2019)

Le 58e Mondial La Marseillaise à pétanque a lieu du dimanche 7 au jeudi 11 juillet 2019. Plus de 13000 joueurs, amateurs et professionnels sont attendus. Mixte, ouverte à tous, licenciés ou non, et sans limite d’âge, la compétition se déroule sur une trentaine d’aires de jeu dans tout Marseille. En parallèle, le Trophée Crédit Mutuel Mondial des jeunes à pétanque et le Grand Prix féminin Derichebourg débutent le mardi 7 juillet. Les parties finales des trois concours ont lieu sur le parvis du MuCEM, le 11 juillet.

Marseille, capitale mondiale du sport bouliste

Les 1164 joueurs au départ de la première édition ont fait des petits. Le Mondial la Marseillaise à Pétanque rassemble chaque année entre 12000 et 14000 participants, et parmi eux l’élite mondiale. En 2018, 4544 équipes, 13632 joueurs, étaient sur la ligne de départ. Le record historique établi en 2011 (4624 triplettes) tient encore, mais la tendance est là. Au fil des années, cette affaire de Sudistes n’a cessé de grandir, gagnant ses lettres de noblesse sur le plan national avant de partir à la conquête de la planète. Car si la plupart des départements français et territoires d’Outre-Mer sont représentés (92 départements en 2018), La Marseillaise attire des joueurs venus de plus loin encore. Depuis une vingtaine d’années, des triplettes américaines, canadiennes, chinoise, belges, suédoises, allemandes, australiennes, suisses, sénégalaises, ou malgaches viennent régulièrement se mesurer au mythe. L’an passé, le Mondial La Marseillaise qui a accueilli 40 nations différentes depuis sa création, a battu un record de participation avec pas moins de 28 pays représentés pour un total de 226 équipes étrangères. Du jamais vu.

Du parc Borély au MUCEM, plus de 2500 terrains de jeu dans la ville

Le premier jour, la compétition se déroule dans tout Marseille. Une trentaine de sites répartis aux quatre coins de la ville accueillent les parties.

Plus de 2500 terrains de jeu sont numérotés et tracés du parc Chanot aux plages du Prado, en passant par l’hippodrome Borély, des stades de football et des clubs boulistes. Tous ces sites sont reliés par un réseau de bus de la Métropole Aix-Marseille Provence, gratuits et réservés aux participants. Incomparable écrin de verdure situé à un jet de boule de la mer, le parc Borély reste l’épicentre de ce dispositif. Il est mis à la disposition par la Ville de Marseille pour le plus grand bonheur des joueurs et du public.

Le stade d’honneur qui accueille les parties finales, prendra cette année encoe la forme d’une arène de plus de 4000 places. Installé comme en 2018 au pied du MUCEM, à l’entrée du Vieux Port sous le regard de Notre Dame de la Garde, il deviendra l’attraction de l’Esplanade J4 transformée en temple de la pétanque le temps d’une journée. Partout l’entrée est gratuite, et les spectateurs ont pris l’habitude de se rendre en masse au Parc Borély. En 2018, le concours a attiré près de 80000 spectateurs le dimanche, et pas moins de 150000 sur l’ensemble de la manifestation.

Une fête populaire et sportive

Le Mondial la Marseillaise s’inscrit dans la tradition des grandes fêtes sportives. La compétition ouverte aux femmes et aux hommes de tous âges, licenciés ou non, se dispute par équipe de trois joueurs et fonctionne sur le principe de « l’élimination directe ». Le tirage au sort est intégral. La Marseillaise offre ainsi une occasion unique à des milliers d’anonymes, joueurs amateurs ou du dimanche, de se mesurer aux champions de la discipline, bardés de titre nationaux et internationaux.

Tout comme le tirage, les terrains de jeu (les chemins escarpés des plages au Prado, le sable des terrains stabilisés de football, les allées sablonneuses du parc Borély, la terre piégeuse de l’hippodrome Borély, ou le surprenant goudron de Chanot), sont eux aussi aléatoirement tirés au sort. Anonymes ou champions, il n’y a pas de privilège. Ici, pas de tête de série, tout le monde est traité sur un pied d’égalité. C’est de là aussi que naissent des échanges d’expériences, des rapports fraternels et des liens vivaces, tissés autour de ces trois petites boules en acier, qui sont l’essence même d’une fête unique en son genre.

L’accent marseillais y côtoie celui de Bruxelles, de Tokyo, de Stockholm, de Lisbonne ou d’Antananarivo, les Ch’tis et les Bordelais fraternisent, tandis que de joyeux drilles poussent la chansonnette autour des buvettes où ils sont accueillis avec chaleur. La première partie du dimanche terminée, un gigantesque pique-nique s’organise, rythmé par les pénas et autres bandas qui sillonnent les allées de Borély pour la plus grande joie du public.

A partir du lundi, le sport prend toute sa place. Sur les quelques 4000 équipes au départ, il n’en reste plus que 256 à prétendre au titre. Le concours placé sous le contrôle de la Fédération Française de pétanque et jeu provençal, prend alors la forme d’un “ international “ classique, appliquant au pied de la lettre les règles officielles de la discipline.

Ces prétendants ont alors deux jours pour se faire une place au soleil et, au terme d’une aventure physiquement et nerveusement éprouvante, accéder au dernier carré dans le stade d’honneur, ultime étape pour conquérir le titre le plus envié de la planète pétanque.

Plus d'informations sur le site du Mondial La Marseillaise à pétanque