Nutrition : étude sur l'alimentation bio

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 10/03/2014Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

On est tous persuadés que l'alimentation bio est meilleure. Jusqu'alors, aucune étude de grande ampleur ne l'a prouvé. Depuis mi-février, près de 100 O00 personnes participent à une expérience scientifique basée sur nos modes de consommation. L'enquête, baptisée BioNutriNet, va durer 5 ans.

Denise Luccioni ne consomme que du bio. Pour elle, peu importe l'aspect des fruits et légumes qu'elle achète.

S'il n'y a pas de pesticides, d'insecticides et de conservateurs, on n'est pas obligé d'avoir des fruits calibrés.

Une alimentation saine, selon ses critères. Dans le réfrigérateur, de la farine pour le pain qu'elle fait elle-même, et toutes sortes de céréales.

Du riz complet, des flocons pour le petit-déjeuner.

Elle fait partie des "nutrinautes", ceux qui participent a cette étude sur l'alimentation sur l'Internet. Deux fois par an, elle remplit ce questionnaire.

J'ai pris 10 grammes d'huile de noisette pour la salade.

Même la quantité d'huile dans la poêle pour la friture, doit être notée, mais peu importe ces contraintes, car c'est pour des raisons personnelles qu'elle fait cela.

J'ai eu un cancer et j'ai adhéré à cette enquête après.

C'est la première fois qu'une étude scientifique, d'une telle ampleur, va étudier l'impact de l'alimentation bio sur la santé.

Nous allons caractériser les résidus de pesticides dans les urines de consommateurs et de non-consommateurs de produits bio. Pour mettre en relation ces niveaux de consommation et l'apparition de pathologies chroniques comme le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires, l'obésité.

Dans cette étude, il y aura 50.000 nutrinautes, ne consommant que du bio et 50.000 autres qui n'en consomment pas, ou très exceptionnellement.

Je ne suis pas une adepte pour l'instant, je ne connais pas trop. Ces produits sont plus chers que les produits normaux.

La mère de famille cuisine et participe à l'étude NutriNet. Une astreinte qui va durer 5 ans, ce qui est trop long pour son fils.

C'est une étude sur le très long terme. Je ne pense pas la suivre correctement jusqu'au bout.

Il faut remplir le questionnaire deux fois par an.

Si on m'apporte la preuve que le bio peut améliorer la santé, je suis d'accord, et c'est pour cela que je le fais consciencieusement.

Quelle est l'incidence de la consommation des produits bio sur la santé des Français ? Réponse dans 5 ans.

Pour les plus démunis, il devient de difficile de trouver à manger. A Nîmes, une jeune chef les invite dans son restaurant une fois par semaine. Les menus sont composés avec l'aide des commerçants et financés grâce aux dons des clients habituels.

Le JT
Les autres sujets du JT